•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccination : deux événements en ligne pour rassurer les nouveaux arrivants

Une dame assise sur une chaise en train de se faire vaccinée par une autre dame.

22% des 1200 personnes interrogées par Action Dignity ont exprimé une hésitation à se faire vacciner.

Photo : La Presse canadienne / Franck Gunn

Comme certains immigrants à Calgary peuvent hésiter à se faire vacciner contre la COVID-19 en raison de barrières linguistiques ou de désinformation, deux événements éducatifs en ligne ont lieu cette semaine pour les rassurer.

Le premier est organisé par le Centre for Newcomers, un organisme d'aide aux nouveaux arrivants qui avec Services de santé Alberta propose lundi diverses informations sur les vaccins utilisés contre la maladie.

Le second sera organisé samedi par le Centre islamique Akram Jomaa. Appelé I Don't Trust the Vaccine (Je n'ai pas confiance au vaccin), il abordera les questions de la communauté musulmane sur les vaccins en présence d’un médecin et d’un imam.

Selon les organisateurs des événements, le but est de répondre aux questions et dissiper les mythes qui entourent le sujet afin d’augmenter le nombre de personnes vaccinées dans ces communautés.

Les nouveaux arrivants ne sont pas plus sensibles à la désinformation que les autres Calgariens, mais il existe des facteurs et des obstacles qui leur sont propres, selon Anila Lee Yuen, la PDG du Centre for Newcomers.

L'éducation joue un rôle important

Une citation de :Anila Lee Yuen, PDG de Centre for Newcomers.

Les informations concernant les vaccins arrivent en continu, ce qui peut créer de la confusion, comme pour le vaccin AstraZeneca, dit-elle.

Certaines communautés se basent sur leur propre expérience vécue dans leur pays d'origine. Elles peuvent hésiter à se faire vacciner en fonction de la personne qui apporte les informations sur le vaccin, dit-elle. Certains ne font pas confiance au gouvernement en raison de leurs expériences antérieures dans leurs pays d'origine.

 Anila Lee Yuen face caméra avec un masque sur le visage.

Les nouveaux arrivants font face à plus d'obstacles lorsqu'il s'agit d'accéder aux informations sur la COVID-19, selon Anila Lee Yuen, PDG du Centre for Newcomers.

Photo : Radio-Canada / Dan McGarvey

L’accès aux vaccins, le processus d'inscription en ligne, la langue ou encore le transport peuvent aussi être des problèmes pour certains membres de ces communautés, souligne Anila Lee Yuen.

Certaines personnes n'ont pas Internet ou la technologie dont elles ont besoin pour s’inscrire. D'autres sont inquiètes à l’idée de partager leurs informations personnelles en raison des craintes concernant leur statut, souligne-t-elle.

D'autres organismes qui travaillent avec de nouveaux arrivants rappellent que beaucoup d'immigrants obtiennent encore leurs informations de la presse et de médias sociaux basés dans leur pays d'origine.

Cela peut poser un problème sur la véracité et la qualité de l’information, pense Saima Jamal, cofondateur de la Calgary Immigrant Support Society.

La langue

Il est important d’apporter des informations vérifiées dans une langue qu’ils maîtrisent selon Saima Jamal.

L'un de ses outils clés est une ligne téléphonique d'urgence pour aider les nouveaux arrivants dans 24 langues. Le numéro est le 1-833-217-6414.

Grâce à notre ligne directe, nous avons interrogé 1200 personnes sur leur volonté de se faire vacciner, confie Aurelio Jun Naraval, responsable des programmes et des politiques chez Action Dignity. Cet organisme travaille en étroite collaboration avec les communautés ethnoculturelles de Calgary depuis le début de la pandémie.

D'après Aurelio Jun Naraval, 22 % des personnes interrogées ont exprimé une hésitation à se faire vacciner et étaient indécises.

Cinq pour cent ont dit qu'elles refuseraient un vaccin

Une citation de :Aurelio Jun Naraval, responsable des programmes et des politiques, Action Dignity

Les raisons principales concernant la grossesse, les effets secondaires et la sécurité des vaccins, selon lui.

Mukarram Zaidi face caméra.

Les dirigeants communautaires peuvent jouer un rôle essentiel lorsqu'il s'agit de diffuser les bonnes informations, selon le Dr Mukarram Zaidi.

Photo : Radio-Canada / Dan McGarvey

Le Centre islamique Akram Jomaa qui organise son événement d’information samedi, le fait avec le Dr Mukarram Zaidi, médecin et épidémiologiste à Calgary.

Ils doivent comprendre que le gouvernement du Canada et Santé Canada ont les normes les plus élevées et que les vaccins ont satisfait à tous les critères, explique le Dr Mukarram Zaidi.

Il est important d'atteindre les communautés via des personnes en qui elles peuvent avoir confiance, souvent des leaders communautaires plutôt que des politiciens, pense-t-il.

Il donne comme exemple l’imam Sheikh Fayaz Tilly qui est crédible en tant que leader communautaire et qui sera présent à la réunion en ligne.

Le Dr Mukarram Zaidi rappelle que les vaccins sont de loin le meilleur moyen de protéger les personnes et leurs proches contre les maladies graves.

Avec les informations de Dan McGarvey

Découvrez-vous comment fonctionnent les vaccins contre le SRAS-CoV-2.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !