•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une campagne de sociofinancement pour sauver le magasin général de Bellecombe

Jean-Michel Cotnoir

Francis Goulet, propriétaire du magasin général de Bellecombe. (archives)

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

Le propriétaire du magasin général de Bellecombe, à Rouyn-Noranda, a lancé une campagne de sociofinancement pour sauver son commerce.

Francis Goulet se voit dans l'obligation de décontaminer son terrain s'il veut faire des rénovations pour son exploitation pétrolière.

Ces frais additionnels imprévus sont beaucoup plus importants que l'argent qu'il avait mis de côté jusqu'à présent.

J’ai appris ça au cours de la semaine dernière. Il y aurait une subvention possible pour ça, mais le temps de monter le dossier… c’est une course contre la montre, et ce qui se passe, c’est que je manque de temps, explique-t-il.

Francis Goulet estime que les travaux pourraient coûter plus de 160 000 $.

Une accumulation de frais inattendus et une hausse de la soumission du projet en raison de la montée du prix des métaux font en sorte que le propriétaire n’est pas en mesure de débourser cette somme.

Puisque ça ne fait pas assez longtemps que je suis en entreprise, j’ai de la difficulté à aller chercher des emprunts bancaires. Et on s’entend aussi que ça fait juste deux ans, je n’ai pas nécessairement les reins aussi solides que quelqu’un que ça fait 15-20 ans qui est en entreprise et je n’avais pas nécessairement le capital de base pour avoir des versements pour rembourser ces frais-là, explique-t-il.

Il dit sentir un soutien de la communauté depuis le début de la campagne de sociofinancement, mais il craint ne pas atteindre la somme nécessaire.

Il y en a beaucoup qui me disent "on ne veut pas te perdre", ça fait chaud au cœur, ça fait monter les émotions aussi. Des fois, juste 20 $ d’une personne avec un commentaire, ça fait chaud au cœur au bout. On le sent qu’il y a un soutien, mais c’est quand même un bon montant que je demande, donc ce n’est pas facile, fait valoir le propriétaire.

La campagne de sociofinancement vise un objectif de 30 000 $.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !