•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sondage : les priorités municipales des Témiscabitibiens à 6 mois des élections

Travaux routiers.

Le réseau routier est au cœur des priorités des Témiscabitibiens. (archives)

Photo : Radio-Canada / Piel Côté

Tanya Neveu

À six mois des élections municipales, un sondage de SOM pour le compte de Radio-Canada Abitibi-Témiscamingue montre que près du tiers des citoyens veulent voir des investissements dans l’entretien de la voirie de leur municipalité.

501 personnes ont participé à ce sondage entre le 10 et le 29 mars. Un fort pourcentage d’entre elles souhaitent aussi des investissements dans la santé, les sports et les loisirs.

1re position : l’entretien de la voirie

Dans quel secteur votre municipalité devrait-elle investir? Une question ouverte où les répondants devaient donner trois priorités.

L’entretien de la voirie récolte 31 % des réponses. Il semble vraiment qu’il y ait un problème d’état des routes qui est remarqué dans l’ensemble de la région, estime le vice-président chez SOM, Éric Lacroix.

La mairesse de Rouyn-Noranda, Diane Dallaire, ne s’étonne pas que l’entretien de la voirie soit une priorité pour la population, surtout à Rouyn-Noranda, où le réseau routier couvre 6500 kilomètres carrés.



La Ville a d’ailleurs mis en place un plan d’intervention en infrastructures routières. La mairesse avoue que plusieurs travaux sont à réaliser, mais les ressources sont limitées.

On l’entend beaucoup, nos citoyens nous interpellent. Pour la Ville, c’est quand même une priorité, car il y a beaucoup de travaux à faire. Notre réalité à nous, c’est qu’on est la seule ville/MRC en région. On tente de faire reconnaître notre réalité de ville/MRC, soutient Diane Dallaire.

12 millions de dollars annuellement sont investis pour l’entretien de la voirie dans ce secteur de l’Abitibi-Témiscamingue.

Cette donnée surprend toutefois le maire de Ville-Marie, Michel Roy. Pour nous, la voirie à Ville-Marie, on investit constamment. C’est sûr que c’est moins populaire parler de voirie que de loisirs, plein air et culture. Donc, les gens portent peut-être moins attention à ça, affirme Michel Roy.

Le maire de Val-d’Or croit toutefois qu’il ne faut pas mélanger les routes de compétence municipale et celles qui sont gérées par le ministère des Transports.

Pierre Corbeil a confirmé lundi qu'il ne sollicitera pas de nouveau mandat aux prochaines élections municipales, mais il croit qu’une campagne électorale est un bon moment pour prendre le pouls de la population et des enjeux très locaux en lien avec l’entretien de la voirie.

2e position : la santé

Au second rang des priorités, on retrouve la santé, pour 25 % des répondants. La pandémie pourrait avoir influencé cette réponse, croient les auteurs du sondage.

Bien que le système de santé soit entre les mains du gouvernement provincial, le maire de Val-d’Or y voit aussi un autre signal.

Sous l’angle de la santé, il faut sortir des paramètres des traitements et de la clinique. Il faut penser ici à la prévention, il faut penser politiques de saines habitudes de vie. Je pense qu’on doit tout mettre en œuvre pour réaliser des sentiers, des pistes cyclables, des terrains de pratique sportive intérieurs et extérieurs, des piscines. Ce sont ces éléments-là qui sont prisés par les citoyens et citoyennes.

Quatre adultes, huit enfants et un chien profitent du parcours.

Le parcours d'hébertisme de la forêt récréative de Val-d'Or (archives)

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

À Rouyn-Noranda, la santé des citoyens passe entre autres par la promotion du transport actif et l’aménagement de la zone piétonne, affirme la mairesse.

On veut vraiment que nos gens bougent et soient en bonne santé. On fait aussi un gros travail dans le dossier de la biosurveillance. On assume un rôle de vigie, on a demandé la mise en place d’un comité interministériel. La santé, c’est la priorité!, assure Diane Dallaire.

3e position : les sports et les loisirs

20 % des répondants estiment d’ailleurs que leur municipalité devrait investir dans les sports et loisirs.

Le maire de Ville-Marie, qui a déjà annoncé ne pas vouloir se représenter aux prochaines élections municipales en novembre, estime que sa ville entend bien cette préoccupation.

Vue sur les corridors d'une piscine intérieure avec une affiche où il y est inscrit « fermé » en rouge.

La piscine de Ville-Marie, au Témiscamingue, a fermé en 2019 (archive)

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Ils [les citoyens] sont bien servis. Pour la population qu’on a, à Ville-Marie on est 2600, d’avoir des parcs, une marina, un aréna, un terrain de balle. Bientôt, on va avoir une plage avec des jeux sur le lac et notre parc va être refait graduellement, dit Michel Roy.

Il ajoute qu’une infrastructure aquatique au centre du Témiscamingue pourrait compléter de belle façon l’offre de services en sports et loisirs.

Il nous manque une piscine, on le sait. Les municipalités se sont mises ensemble et travaillent là-dessus. C’est un manque qu’on a et ça a été bien identifié, concède Michel Roy.

La protection de l’environnement et l’éducation font aussi partie des secteurs priorisés par les répondants au sondage.

Méthodologie :

Ce sondage téléphonique a été mené auprès de 501 adultes de l’Abitibi-Témiscamingue du 10 au 29 mars 2021. La marge d'erreur de 5,1 % au niveau de confiance 95 %.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !