•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pavillon Beau-Lieu : la mort d'une résidente aurait pu être évitée, croit sa famille

Denise Levesque est devenue samedi la 37e victime de la COVID-19 au Nouveau-Brunswick. Lundi, les dirigeants du foyer de soins Pavillon Beau-Lieu ont annoncé qu’un deuxième résident était mort en raison de l’éclosion.

Denise Levesque pose pour une photo.

Denise Levesque, de Grand-Sault, est morte des suites de la COVID-19.

Photo : Gracieuseté/Michelle Levesque

Lorsque Michelle Levesque a téléphoné à sa mère jeudi dernier au Pavillon Beau-Lieu, à Grand-Sault, elle a tout de suite su que la situation était grave.

Denise Levesque, âgée de 86 ans, avait de la difficulté à respirer et à parler. Elle est parvenue à murmurer : je ne suis plus capable.

Le lendemain, elle était admise à l’Hôpital régional d’Edmundston et samedi, à 13 h 15, elle poussait son dernier souffle.

Pour Michelle Levesque, il est hors de question que sa mère ne soit qu’une statistique.

Ma mère avait un nom et c’était Denise Levesque, déclare-t-elle, un sanglot dans la voix.

Une femme travaillante

Selon sa famille, Denise Levesque était une femme vive et fière. Elle avait 7 enfants et 14 petits-enfants.

Denise Levesque en famille à Noël.

Denise Levesque, de Grand-Sault, était bien connue dans la communauté, selon sa fille Michelle.

Photo : Garcieuseté/Michel Levesque

Elle a travaillé longtemps dans une pizzeria, raconte sa petite-fille, Denise Miller, qui habite dans la région de Saint-Jean.

Elle faisait de la méchante bonne pizza s’exclame-t-elle.

Denise Miller et Michelle Levesque soulignent que même si elle était atteinte du diabète, Denise Levesque était en bonne santé et n’éprouvait aucun problème respiratoire.

Michelle Levesque.

Michelle Levesque a perdu sa mère, Denise Levesque, qui était résidente au Pavillon Beau-Lieu.

Photo : Radio-Canada

Maman n’était pas mourante, souligne sa fille Michelle.

Maman n’était pas censée mourir en fin de semaine, y a pas personne qui va me convaincre que c’était son temps.

Une citation de :Michelle Levesque

Des questionnements

Les deux femmes se demandent bien comment le virus a pu s’infiltrer dans la résidence Beau-Lieu, où la majorité des résidents, y compris Denise Levesque, étaient vaccinés.

Une personne colle un coeur dans une fenêtre.

Des bénévoles du groupe Les anges bienveillants ont collé des coeurs la semaine dernière dans les fenêtres des résidents du Pavillon Beau-Lieu, à Grand-Sault, aux prises avec une éclosion de COVID-19.

Photo : Facebook/Pierre Thibault

Qu'est-ce qui est arrivé? se demande Michelle Levesque. J'aimerais que toutes les familles sachent ce qui est arrivé.

Denise Miller soupçonne de son côté que le virus a pu entrer au foyer par l'entremise d'un employé.

Je ne sais pas si c’est la cause [de sa mort], mais je pense que c’est une évidence : si tu travailles avec des populations vulnérables, tu devrais être vacciné ou travailler dans un autre domaine, estime-t-elle.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, affirmait récemment que seulement 47 % des employés des centres de soins de longue durée étaient vaccinés.

Denise Miller pense que la mort de sa grand-mère était évitable.

C’était évitable. Tout comme les 36 autres personnes décédées. Plusieurs morts auraient pu être évitées et auraient dû l’être.

Avec les informations de Jean-Philippe Hughes et de Mia Urquhart, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !