•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Homosexualité : le CN retient la pension du conjoint d'un de ses anciens travailleurs

Ken Haire.

Ken Haire a perdu son mari décédé en 2012 et il tente depuis ce moment de recevoir sa pension du CN, mais sans succès jusqu’à présent.

Photo : CBC/John Pike

Radio-Canada

Un résident de Harbour Grace à Terre-Neuve ne peut toucher la pension du CN de son défunt mari parce qu’ils formaient un couple gai.

Ken Haire et Gerry Schwarz ont formé un couple pendant 33 ans, jusqu’au décès de M. Schwarz. Ce dernier a succombé à une insuffisance cardiaque, en 2012, à l’âge de 76 ans.

Gerry Schwarz a travaillé au CN à Toronto pendant plus de 30 ans et il a pris sa retraite en 1991. Le couple s’est établi à Harbour Grace par la suite pour se rapprocher de la famille de M. Haire.

Ken Haire a dû vendre presque tout ce que le couple possédait à la mort de son mari, y compris leur maison, faute de moyens financiers. Il vit aujourd'hui dans un appartement.

Son mari, dit-il, croyait qu’il aurait droit à sa pension si quelque chose devait lui arriver, mais ce n’est pas ce qui s’est passé.

Les deux hommes sur un trottoir de bois devant la mer.

Gerry Schwarz et Ken Haire ont formé un couple pendant plus de 33 ans jusqu’au décès de M. Schwarz, le 2 janvier 2012.

Photo : Gracieuseté/Ken Haire

Après la mort de Gerry Schwarz, M. Haire a d’abord reçu une lettre du CN qui exprimait des condoléances. L’entreprise disait tout faire pour qu’il puisse toucher la pension de son époux.

Mais il a ensuite reçu une autre lettre du service des pensions du CN qui lui annonçait qu’il n’aurait pas droit à la pension de M. Schwarz parce que la définition du mariage au moment où ce dernier a pris sa retraite était toujours une union entre personnes de sexes opposés.

Le CN a mis sa politique à jour en 1998 pour inclure les relations LBGT, mais non de façon rétroactive. Par conséquent, Ken Haire n’avait droit à rien du tout.

M. Haire déplore qu’il soit ainsi passé du statut de conjoint de fait à celui de cochambreur. Il dit se sentir blessé et insulté après toutes ces années de vie commune. Gerry et moi formions un couple dans tous les sens du terme. Ça m’a fait très mal.

L'entreprise révise sa politique

Le CN a indiqué en fin de semaine qu’il révise sa politique dans le cas des travailleurs qui ont pris leur retraite avant 1998.

Nous avons compris que certaines anciennes pratiques et décisions prises de bonne foi dans le passé doivent être réexaminées à la lumière de notre engagement envers la diversité et l’inclusion, affirme l’entreprise par courriel.

L’avocat Doug Elliott, qui se spécialise en matière de droits de la communauté LGBT, doute que le CN puisse défendre sa prise de position avec succès devant un tribunal.

Membre de la firme Cambridge LLP à Toronto, Me Elliott a défendu l’une des causes les plus importantes du Canada en la matière. Il a réussi à obtenir pour les conjoints survivants d’union entre personnes du même sexe les prestations du Régime de pensions du Canada. La Cour suprême du Canada a ordonné au gouvernement fédéral de rendre ces fonds disponibles rétroactivement à 1985, en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés.

Ken Haire, qui est aujourd’hui âgé de 71 ans, a retenu les services d’un avocat et il espère un dénouement heureux et rapide de sa cause.

Avec les renseignements de Ryan Cooke, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !