•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enquête policière sur une série d'incendies criminels dans le Vieux-Longueuil

Une maison incendiée.

Un présumé pyromane a allumé un incendie dans la résidence de Laurent-Philippe Baril, le 19 avril dernier, alors que lui et ses deux enfants étaient au lit.

Photo : Radio-Canada / Courtoisie

Laurent-Philippe Baril peut remercier la Providence d'être encore en vie après l'incendie criminel de sa maison par un présumé pyromane.

Le 19 avril dernier, il venait de s'endormir quand une personne s'est faufilée sur son terrain pour incendier son cabanon.

En quelques minutes, les flammes se sont propagées à l'entretoit de sa maison.

De l'intérieur, moi, je ne réalisais rien. J'étais couché. J'étais en train de m'endormir. Ce sont des voisins qui sont venus me réveiller. En sortant, il était trop tard. Le cabanon, l'auto et le toit étaient déjà en feu, raconte M. Baril.

Un cercle rouge autour d'une personne dans une rue, sur une image vidéo en noir et blanc.

Le 19 avril, un suspect (encerclé en rouge) aurait allumé l'incendie d'une maison où dormaient un père et ses deux enfants.

Photo : Radio-Canada / Courtoisie

Réveillé brusquement par un voisin qui partait pour son quart de nuit, M. Baril a eu à peine le temps de quitter les lieux. Ce sont des voisins qui lui ont prêté chaussures et vêtements pendant qu'ils appelaient le 911.

La vie de ce père de famille a donc basculé en raison du geste d'un inconnu.

Enquête en cours

Le 27 avril, le Service de police de l'agglomération de Longueuil (SPAL) a envoyé une lettre à tous les résidents du secteur de la rue Labonté.

On y apprend qu'une enquête est en cours concernant des incendies criminels dans ce même quartier.

Une lettre évoquant l'enquête sur des incendies criminels.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La police de Longueuil affirme mener une enquête sur une série d'incendies criminels survenus récemment dans le même secteur du Vieux-Longueuil.

Photo : Radio-Canada / Courtoisie

Une voiture de police qui passe sans s'arrêter

Deux semaines après le drame vécu par sa famille, Laurent-Philippe Baril nous ouvre la porte de ce qui reste de sa maison. Au deuxième étage, où se trouvaient les chambres de ses deux enfants, l'endroit n'est que ruines et cendres.

Il y a comme une portée violente à ce geste-là. Si on m'avait ciblé, si on m'avait attaqué à coup de fusil au travers de la fenêtre, il y aurait un traitement différent. Là, on a utilisé les flammes. La personne savait ce qu'elle faisait... Elle était équipée. C'était dirigé. C'était gratuit.

Une citation de :Laurent-Philippe Baril, victime d'un incendie criminel
Un homme portant un masque, dans une chambre d'enfant incendiée.

Laurent-Philippe Baril constate les dégâts de l'incendie dans la chambre de sa fille.

Photo : Radio-Canada / Pascal Robidas

Bien des questions restent sans réponse pour le jeune père de famille. Pourquoi avoir ciblé sa maison en particulier? Pourquoi une voiture de patrouille de la police de Longueuil qui est passée devant sa maison pendant que le feu faisait rage ne s'est pas arrêtée pour s'assurer que tout le monde était en sécurité?

En effet, dans une séquence vidéo, prise à peine cinq minutes après le début du feu, on voit une voiture de police passer devant la maison sans jamais sembler porter attention au danger.

Une voiture de patrouille de la police de Longueuil dans la rue devant une maison, dans une vidéo en noir et blanc.

Une autopatrouille de la police de Longueuil passe devant l'incendie qui a ravagé la maison d'un résident du Vieux-Longueuil sans jamais s'arrêter pour s'assurer de la sécurité des gens.

Photo : Radio-Canada / Courtoisie

Contacté par Radio-Canada, le SPAL explique que les agents en question répondaient à un autre appel au 911 et que leurs gyrophares étaient actionnés. En aucun temps, les policiers n’ont remarqué la présence de flammes, ce qui explique pourquoi ils ont poursuivi leur chemin afin de répondre à un appel de détresse dans le même secteur, indique dans un courriel le porte-parole du SPAL, Jean-Pierre Voutsinos.

Il ne fait aucun doute que les policiers, s’ils avaient eu connaissance de ce début d’incendie, se seraient arrêtés et seraient intervenus. Ils auraient certainement prévenu leurs confrères du SSIAL (pompiers), tout en intervenant sur les lieux, ajoute M. Voutsinos.

Vent de solidarité

Depuis l'incendie, les voisins de Laurent-Philippe Baril se sont mobilisés pour amasser plus de 15 000 $ afin qu'il puisse se reloger en ces temps de pandémie et de confinement.

Nous avons vu des gens que nous n'avions jamais vus participer à la campagne de financement. Cet incendie a soulevé un vent de solidarité dans notre quartier. C'est remarquable, a raconté Jean-Jacques Campeau, le voisin direct de la famille sinistrée.

En attendant les conclusions de l'enquête criminelle, M. Baril a accepté de rencontrer Radio-Canada afin d'inciter les résidents du Vieux-Longueuil à faire preuve de vigilance.

Je serais particulièrement malheureux si j'apprenais qu'il y ait un autre incendie... Une récidive du même pyromane, lance-t-il.

Pour le moment, le SPAL ne commente pas l'enquête criminelle en cours.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.