•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de 30 000 opérations chirurgicales en attente en Saskatchewan à cause de la COVID-19

Sept médecins entourent un patient dans une chambre d'hôpital.

En Saskatchewan, la SHA n'a pas autorisé les médias à accéder aux soins intensifs de la province. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Radio-Canada

Les dernières données du ministère de la Santé de la Saskatchewan montrent que, en date du 31 décembre 2020, 29 650 personnes étaient en attente d’une opération chirurgicale en Saskatchewan. Il y en a eu 1500 de moins entre octobre et en décembre 2020, par rapport à la même période l’année précédente.

La baisse des opérations chirurgicales est principalement due à la pandémie, qui force les hôpitaux à réaffecter leurs ressources et le personnel en fonction des besoins liés à la gestion de la COVID-19. 

Le ministère de la Santé note cependant que 5 patients sur 10 sont en mesure de recevoir leur chirurgie dans un intervalle de 23 jours.

Les hospitalisations actuelles, particulièrement dans la région de Regina, ont entraîné des annulations d'opérations chirurgicales, notamment de celles nécessitant un lit pour la convalescence.

Une citation de :Communiqué du ministère de la Santé

Entre le 1er et le 26 avril, 68 patients ont été admis aux soins intensifs, un sommet dans la province depuis le début de la pandémie.

Une employée s'occupe de machines avec des ordinateurs dans une salle d'hôpital.

Les ressources des hôpitaux ont été redirigées en raison des besoins de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Paula Duhatschek

Selon la SHA, les patients atteints de la COVID-19, désormais plus jeunes, restent plus longtemps aux soins intensifs, et les hospitalisations sont plus régulières. Elle croit c'est une tendance qui devrait continuer.

Les médecins sont désormais contraints de trier les patients, donc de choisir qui peut ou non recevoir des soins, selon la SHA, et ce, malgré une augmentation de 48 lits aux soins intensifs au cours des dernières semaines.

Déterminer l’urgence

Un médecin en tenue de protection avec une visière et un masque se tient à l'entrée d'une chambre de soins intensifs d'un hôpital.

Les patients hospitalisés en raison de la COVID-19 sont plus jeunes et restent souvent plus longtemps aux soins intensifs, selon la SHA.

Photo : Radio-Canada / Alison Northcott

Les médecins n’ont pas d’autres choix que de décider quelle opération chirurgicale est la plus urgente.

Les opérations chirurgicales continuent pour les patients atteints de cancer, dont l’urgence est déterminée au jour le jour par les chirurgiens, selon la SHA.

Selon Peter Giebert, actuellement en attente d’une opération chirurgicale de l’œsophage, cette situation n’est pas nouvelle.

Même avant la pandémie, il y avait une longue liste d’attente. Et avec le triage des patients, l’accès aux soins est passé d’un droit à un privilège. Il faut faire quelque chose.

Une citation de :Peter Giebert, patient en attente d'une opération chirurgicale

L'opération, de l’homme de 66 ans, reportée depuis l’automne dernier, doit finalement avoir lieu à la mi-mai, mais il reste sceptique. Il pense déjà à se rendre aux États-Unis pour se faire opérer.

Pour expliquer ces annulations et ces reports, les autorités sanitaires ont dit à M. Giebert : Il n'y a pas de personne disponible, ni les chirurgiens ou ni membres du personnel médical.

Avec les informations de Mickey Djuric

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !