•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au rodéo illégal de Bowden, les participants veulent la fin des restrictions

Des personnes à cheval, lors d'un rodéo.

Des participants au rodéo de Bowden, dans le centre de l'Alberta, réclament la fin des restrictions et un retour à la vie normale.

Photo : CBC / Justin Pennell

Radio-Canada

Samedi et dimanche, des centaines d’Albertains ont pris part à un rodéo, à Bowden, au centre de la province, s’affranchissant des règles de la santé publique. Leur message était clair : le gouvernement ne prend pas les bonnes décisions.

À l’entrée du rodéo qui a eu lieu à Bowden, samedi et dimanche l’homme qui aide les automobilistes à trouver un stationnement lâche simplement : On est ici pour passer une belle journée.

Sur de nombreux véhicules, des prises de position s’affichent en grand. Les faits et non la peur ou Les combattants de la liberté de l’Alberta, peut-on lire.

Selon les participants, la tenue de l'événement, alors que le nombre de cas actifs en Alberta n’a jamais été aussi élevé, soit 22 920, n'a rien d’anormal. Au contraire. Je suis ici pour soutenir cet événement et juste revenir à la normale, lance un homme depuis sa camionnette rouge.

Malgré les faits, il pense que la pandémie qui sévit depuis mars 2020 dans le monde entier n’est rien de plus qu’une « scamdemic », une arnaque. Il affirme qu’il ne peut donc pas tomber malade.

Le gouvernement n’agit pas bien, il n’écoute pas le peuple, il écoute les mauvaises personnes et ce qui se passe en ce moment n’est pas normal, affirme-t-il sur un ton énigmatique.

Même son de cloche du côté de Corrina Fischer, qui coordonne le mouvement La Fin des restrictions (End the Lockdowns) pour la partie centrale de l’Alberta. Selon elle, le rodéo est une façon de redonner de l’espoir aux gens. C'est une très bonne chose parce que cette industrie est en train de mourir, beaucoup de ces jeunes entrent dans l'industrie du rodéo et voient leur carrière partir en fumée, note-t-elle.

Un homme et une femme tiennent une pancarte anti-restrictions en Alberta.

Corrina Fischer, qui coordonne le mouvement La Fin des restrictions pour la partie centrale de l’Alberta, a pris part au rodéo de Bowden, qui devait redonner de l'espoir aux Albertains, selon elle.

Photo : CBC

Son organisme, dit-elle, est en contact constant avec le Centre de justice pour les libertés constitutionnelles (JCCF), une organisation qui conteste actuellement les mesures de restrictions dans cinq provinces.

Si Corrina Fischer ne dément pas l’existence d’une maladie qui circule actuellement, elle l’associe à une grippe, qui comme chaque année tue des gens, alors que la COVID-19 est bien plus mortelle que la grippe saisonnière.

Je suis en contact avec le public depuis que ça a commencé, je m'occupe des sans-abri, mon mari a une maladie auto-immune, nous n'avons jamais porté de masque ni quoi que ce soit d'autre [...] Si c'était aussi grave qu'on le dit, il serait mort six fois, ajoute-t-elle, alors que plus de 2000 Albertains ont perdu la vie en 13 mois.

Critiques des dirigeants politiques

Après le rodéo illégal, Jason Kenney s’est exprimé sur Twitter, se disant en colère et triste de voir un tel rassemblement.

Non seulement les rassemblements de ce genre constituent une menace pour la santé publique, mais ils sont aussi une gifle pour tous ceux qui respectent les règles pour assurer leur sécurité et celle de leurs concitoyens albertains, dit le premier ministre dans le gazouillis.

Services de Santé Alberta a indiqué qu'elle réfléchissait à des suites juridiques à donner à la suite de l'organisation du ce rodéo.

La chef de l'opposition officielle, Rachel Notley, critique quant à elle le manque de réaction du gouvernement, qui savait depuis mars que le rassemblement devait avoir lieu.

Selon l'immunologue de l’Université de l’Alberta Stephanie Smith, le manque de respect des restrictions est en partie causé par les messages mixtes du gouvernement. Elle pense que les règles auraient pu être respectées plus rigoureusement si le gouvernement avait diffusé des messages plus cohérents sur le fonctionnement des restrictions.

Lundi dernier, Jason Kenney avait refusé d'imposer de nouvelles restrictions, affirmant que les gens ne les suivraient probablement pas. Il s’était cependant ravisé jeudi, en mettant en place de nouvelles règles concernant les régions où la COVID-19 circule le plus.

Avec des informations d'Erin Collins

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !