•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour en classe pour des milliers d'élèves du primaire

Direction l'école en présentiel pour des centaines de jeunes qui retrouvent ainsi leurs amis.

Direction l'école en présentiel pour des centaines de jeunes qui retrouvent ainsi leurs amis.

Photo : Radio-Canada / Marie-Pier Mercier

Des centaines d’élèves du primaire de la grande région de Québec sont de retour en classe lundi matin après avoir passé environ un mois à la maison.

Même s'il est plus efficace qu'au début de la pandémie, l’enseignement en ligne est plus complexe pour les élèves plus jeunes.

À l’école primaire du Bac, à Saint-Lambert-de-Lauzon, plusieurs enfants et parents étaient majoritairement heureux de la réouverture des classes.

Je suis content. Le travail à la maison, ce n'est pas toujours évident avec les enfants. C'est aussi plus facile pour eux d'apprendre, de voir leurs amis. C'est une bonne chose qu'ils puissent retrouver cet univers-là, affirme un parent, Jean-François Gobeil.

La directrice de l’établissement de 683 élèves était présente à l'arrivée des élèves. Line Lachance avait l’impression de revivre le début d’année.

Très heureuse, en fait fébrile de l'ouverture. C'est comme un début d'année scolaire. On se sent un peu comme ça, affirme-t-elle.

Des élèves entrent dans l'école primaire du Bac.

Les élèves de l'école primaire du Bac, à Saint-Lambert-de-Lauzon, retournent à l'école.

Photo : Radio-Canada

L'école primaire Sans-Frontière, à Québec, a été la première à fermer ses portes au Québec en raison de la pandémie.

La directrice se dit elle aussi très heureuse de pouvoir accueillir à nouveau les élèves.

Les gens sont contents. Ce n'est que du bonheur, ce ne sont que des sourires. Les gens espèrent que c'est le dernier retour d'ici la fin de l'année. C'est un privilège d'être à l'école, affirme Marie-Josée Bouchard.

La façade de l'école Sans-Frontière

L'école Sans-Frontière est située dans l'arrondissement Des Rivières.

Photo : Radio-Canada / Éric Careau

Nouvelles mesures

Les écoles primaires des régions de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches sont ouvertes, à l’exception des établissements de la Beauce, des Etchemins et de Bellechasse.

Ce retour en classe sera différent, toutefois. Pour la première fois depuis le début de la pandémie, les élèves de la première à la sixième année devront porter le masque médical en tout temps à l’intérieur de l’école.

Le ministre de la Santé a également assuré que des tests de dépistage seront accessibles plus rapidement afin de réduire la propagation possible de la COVID dans les écoles.

Plusieurs parents semblent être d'accord avec ces nouvelles mesures.

Le Syndicat de l'enseignement de la région de Québec est aussi confiant que la réouverture se fait de façon sécuritaire, tant pour le personnel que les élèves.

Probablement qu'on est actuellement dans un moment où le milieu scolaire est le plus sécuritaire depuis le début de la pandémie. Les gens se sont jetés sur les plages de disponibilité pour avoir accès à la vaccination. Des mesures ont aussi été resserrées, explique le président, Daniel Gauthier.

La directrice de l’école du Bac souligne aussi que l’enseignement en ligne a perdu de son intérêt pour plusieurs élèves au fil des semaines.

C'est sûr que la première semaine a été plus facile, je vais être honnête. C'était nouveau, les enfants étaient contents. Plus les semaines avançaient, plus c'était difficile, pour les enfants, les enseignants, mais aussi pour les parents en télétravail qui devaient gérer ça en même temps, raconte Line Lachance.

Pas de retard

Malgré tout, le psychologue spécialisé en réussite scolaire Égide Royer ne croit pas que l'enseignement en ligne, sur une période de quelques semaines, aura causé des retards d’apprentissage pour la majorité des enfants.

Il souligne toutefois qu’il faudra ajouter des ressources pour les élèves en difficulté.

Par rapport aux jeunes en difficulté, il va falloir continuer à maintenir à ce 30 % de jeunes qui ont des besoins particuliers un support constant d'ici la fin de l'année scolaire même probablement durant l'été au besoin et l'an prochain, estime Egide Royer.

Line Lachance assure que ces élèves ne seront pas oubliés.

On va être à l'affût. On va mettre tout en place pour les appuyer pour qu'ils réussissent bien leur année scolaire, mentionne-t-elle.

Avec la collaboration de Marie-Pier Mercier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !