•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le syndicat des employés de soutien scolaire maintient la grève du 4 mai

Des affiches de la CSQ.

Les dirigeants des grands syndicats québécois ont refusé fermement d'approuver les récentes propositions du gouvernement Legault, après un an et demi de négociations et en pleine urgence sanitaire.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Malgré une rencontre au sommet entre le premier ministre François Legault et les chefs syndicaux, c'est l'impasse dans les négociations du secteur public. La grève qui était prévue mardi dans les écoles de la région est maintenue.

On s’attendait à quelque chose de mieux et qu’il y ait des avancées. Il n’y a rien qui a été proposé. Tout ce qui a une incidence monétaire, le gouvernement n’a rien à nous offrir, appuie le président du syndicat régional des employés de soutien CSQ, Yvan Bilodeau.

Alors que François Legault qualifiait sa dernière offre d'historique, les chefs syndicaux soutiennent qu'elle est identique à celle soumise il y a plus d'un an.

Les employés de soutien du centre de services scolaire des Rives-du-Saguenay et de La Jonquière affiliés à la CSQ entendent débrayer pour maintenir la pression sur Québec.

Ils vont d'ailleurs se rendre devant le bureau de la ministre responsable de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Andrée Laforest, mardi pour manifester.

On veut démontrer au gouvernement l’importance du personnel du soutien scolaire : pas de services de garde, pas de concierge, pas de secrétaire pour gérer les absences ou les remplacements, pas d’aide aux élèves en difficulté, pas de chauffeur d’autobus. On va voir comment une journée sans personnel de soutien scolaire va se passer , déclare Yvan Bilodeau.

Les écoles appartenant au Centre de services scolaire du Pays-des-Bleuets échapperont à la grève de mardi prochain. Les employés de soutien qui y travaillent sont membres de la Fédération indépendante des syndicats autonomes. Or, ce n'est pas cette organisation qui est à l'origine du débrayage, mais bien la Fédération du personnel de soutien scolaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !