•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet de couple devenu une entreprise à temps plein grâce à la pandémie

Un couple sourit dans leur atelier de travail.

Le couple d'entrepreneurs Amélie Singcaster et Tommy Gélinas de l'entreprise de Trois-Rivières Concepts 3DG

Photo : Radio-Canada / François Genest

Radio-Canada

L'entreprise trifluvienne Concepts 3DG a le vent dans les voiles depuis le début de la pandémie. Ses propriétaires se sont lancés dans la conception de visières de protection contre la COVID-19 en avril 2020, un projet d’impression 3D pour le couple qui est rapidement devenu un projet d’affaires.

Leur production emploie un procédé bien particulier : l’impression 3D. On fait de l'impression 3D plastique, donc FDM. De l'impression 3D résine, de l'usinage CNC et de la gravure découpe laser, indique Tommy Gélinas, copropriétaire de l’entreprise.

Un dispositif noir et des morceaux de plastique

Une imprimante 3D imprime du plastique.

Photo : Radio-Canada / François Genest

Au début de la pandémie, sa compagne et lui ont produit 10 000 visières pour les travailleurs essentiels en santé et dans d’autres secteurs. Les jeunes entrepreneurs s’accordent pour dire que la pandémie a agi comme un levier pour leur entreprise de quatre ans d'existence.

On voit que la demande est vraiment là, et qu'on a peut-être fait le bon choix aussi de commencer par un hobby et de finir par dire qu’on va vivre de ça aussi un jour, constate la partenaire d’affaires Amélie Singcaster.

Un homme devant les imprimantes 3D de son atelier

Tommy Gélinas travaille dans son atelier.

Photo : Radio-Canada / François Genest

Au fil des mois, le couple d'entrepreneurs la production s’est accélérée. Une simple chambre à coucher n’était plus suffisante. Ils ont dû s’installer dans leur sous-sol.

L’investissement de plus de 15 000$ en un an dans des équipements de laser et d'impression 3D a valu le coup. Leurs machines conçoivent maintenant des produits personnalisés comme des cadres d'échographie, des lampes DEL, des porte-clés, des ornements et des cache-pots, entre autres.

Un cadre décoratif montrant un coeur dans le ventre d'une femme enceinte

Les machines de l'entreprise peuvent produire une vaste variétés de produits, qui trouvent preneur, selon les entrepreneurs.

Photo : Radio-Canada / François Genest

Si on parle pour le graveur laser, en principe on pourrait sortir peut-être une vingtaine de produits dans une journée. Pour ce qui est des imprimantes résines, on peut en sortir presque 200 à 300 [par jour]... ça dépend de la grosseur des produits explique Tommy Gélinas.

Pour l’heure, l'entreprise peine à répondre à la demande. La compagnie reçoit une centaine de commandes par semaine et donne du travail au couple à la hauteur de 10 à 15 heures par jour. Les machines, elles, travaillent 24 heures sur 24.

C’est une grande surprise de voir que les gens apprécient ce qu'on fait et qu’ils donnent ça en cadeau à d'autres, se réjouit Amélie Singcaster.

En pleine croissance, les propriétaires de Concepts 3DG songent à acquérir un local et à embaucher des employés pour combler les besoins en production.

D’après les informations de Claudia Cantin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !