•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les répartiteurs du 911 constatent une recrudescence des appels aux ovnis

Image de la traînée lumineuse de la comète qui se consume prise à l'observatoire Hesje, au sud-est d'Edmonton, en Alberta, en février 2021.

La comète qui s'est consumée dans l'atmosphère terrestre en février 2021 est l'un des éléments qui ont suscité des appels aux ovnis.

Photo : Observatoire Hesje

Radio-Canada

Parmi les quelque 900 000 appels traités par le 911 de l’Alberta en 2020, les répartiteurs notent une recrudescence du nombre d’appels liés à des phénomènes parfois attribués à des objets volants non identifiés.

Il y a assurément eu plus de signalements d’ovnis et de satellites, selon la directrice des opérations par intérim Tracy Duval.

On reçoit beaucoup d’appels en lien avec les lancements de SpaceX. Ils laissent une trace au motif très spécifique dans le ciel et ils ne touchent pas terre, donc on peut rapidement expliquer aux gens que ce sont des satellites.

Selon Mme Duval, certaines personnes croient vraiment que des extraterrestres ont atterri ici et qu’ils essaient de s’engouffrer dans leur maison.

Ça vous fait sourire, puis il faut leur dire : "Je suis certaine que tout se passera bien", explique-t-elle.

Parfois des gens disent : "Non, c’est la vérité, les extraterrestres arrivent". D’autres fois, il faut plutôt s’assurer qu’il n’y a pas vraiment quelqu’un en train d’entrer par effraction chez eux et qu’ils pensent que c’est un extraterrestre.

Plusieurs rapports chaque année

Selon un sondage réalisé par Ufology Research, à Winnipeg, les signalements d’ovnis ont fait un bond de 46 % en 2020.

En tout, 1243 événements du genre auraient été rapportés en cours d’année, selon Chris Rutkowski, du centre Ufology.

Selon l’astronome, cette augmentation du nombre de signalements serait liée principalement au fait que les gens regardent plus souvent le ciel depuis le début de la pandémie.

L’astronomie vit tout un regain de popularité, croit le président de la Société royale d’astronomie du Canada à Saskatoon, Ron Waldron. Il cite en preuve la rareté des télescopes chez les marchands.

Les gens se sont rapidement mis à regarder vers le ciel. C’est comme s’ils ne l’avaient jamais vu avant, donc ce que les astronomes observent depuis des années en sachant ce que c’est, d’autres le regardent en se disant : "Je ne sais pas ce que c’est, ce doit être un ovni"

Selon lui, de plus en plus de satellites sont envoyés en orbite et sont visibles à l’oeil nu, au grand dam des astronomes.

Les gens ne sont pas nécessairement capables d’interpréter ce qu’ils voient. Il n’y a pas plus d’objets volants non identifiés depuis le début de la pandémie qu’il y en avait avant, conclut-il.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !