•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Foyers de soins : « bonnes intentions », mais attentes jugées irréalistes

Gros plan sur la main d'une dame âgée qui tient un bol de nourriture.

En augmentant de 15 M$ le budget des foyers de soins, le gouvernement veut augmenter le nombre d’heures quotidiennes consacrées aux résidents.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick démontre « de bonnes intentions » mais a néanmoins des attentes irréalistes à l’endroit des travailleurs de foyers de soins, estiment divers intervenants du milieu.

La semaine dernière, la province a augmenté de 15 millions de dollars le budget annuel dont disposent les services des foyers de soins, dans le but d’augmenter le nombre d’heures de soins.

Par ce moyen, Fredericton ambitionne de faire passer d'ici octobre de 3,1 heures par jour à 3,2 heures par jour le nombre d’heures de soins reçues par chaque résident de ces établissements; puis à 3,3 heures de soins par jour d’ici avril l’année prochaine.

C'est quand même des bonnes intentions au niveau du gouvernement, reconnaît Jason St-Onge, vice-président de la section locale 5108 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

Coiffé d'écouteurs, Jason St-Onge accorde une entrevue par webcam.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jason St-Onge a rappelé le manque de main-d'oeuvre dans les foyers de soins.

Photo : Radio-Canada

Cependant, le gouvernement n’a pas des attentes réalistes, souligne le porte-parole, qui travaille depuis 17 ans dans ces centres de soins.

Annoncer sa volonté de consacrer quelques minutes quotidiennes de plus aux soins ne sert absolument à rien, dit-il, si l'on n'a pas le personnel pour fournir ces heures-là.

Il y a pénurie de main-d’oeuvre dans les centres de soins de longue durée et les travailleurs y sont déjà à bout de souffle, rappelle-t-il.

Jason St-Onge croit que la province doit d'abord commencer par améliorer les conditions de travail, dont les salaires, afin de retenir ses employés et recruter davantage de personnel.

À l'Association francophone des aînés du Nouveau-Brunswick, on juge que le gouvernement ne va pas assez loin. C'est vraiment trop peu selon moi, on parle de six minutes par jour de soins supplémentaires aux résidents des foyers, dit Marcel Larocque, le président de l’organisme.

À Fredericton, l’opposition libérale affirme que le gouvernement de Blaine Higgs insulte les résidents et les travailleurs de foyers de soins.

L'élastique est rendu au maximum, déclare Robert Gauvin, le député libéral de Baie-de-Shediac-Dieppe. Il y a des gens qui ne veulent pas aller dans le métier parce qu’ils ne sentent pas que c'est respecté par le gouvernement provincial.

Bruce Fitch

« Les résidents ont des besoins plus importants aujourd’hui que par le passé », déclare le ministre Bruce Fitch.

Photo : Radio-Canada / CBC

Selon le ministre néo-brunswickois du Développement social, Bruce Fitch, il s’agirait de la première augmentation du nombre d’heures de soins dans les foyers depuis 2008. Les résidents ont des besoins plus importants aujourd’hui que par le passé, a déclaré le ministre, mardi dernier.

Les 70 foyers de soins agréés que compte actuellement la province offrent 4925 lits et emploient plus de 7300 personnes, selon les données gouvernementales.

D’après le reportage de François Vigneault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !