•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La protection de l'habitat à elle seule ne sauvera pas les caribous, dit un rapport

Un caribou marche dans la neige au milieu de la forêt.

Pour que les solutions soient efficaces, tout le monde doit faire sa part pour empêcher le caribou de disparaître, selon le directeur du programme de rétablissement du caribou de la Colombie-Britannique. (Archives)

Photo : The Yellowstone to Yukon Conservation Initiative / David Moskowitz

Radio-Canada

Il est clair que sauver le caribou des bois de la Colombie-Britannique de l'extinction n'est pas aussi simple que de protéger son habitat, selon le directeur du programme provincial de rétablissement du caribou.

Un rapport publié plus tôt cette semaine indique que l'approche de préservation de l'habitat du caribou de la province a échoué et que la population de caribou disparaîtra si des changements ne sont pas apportés bientôt.

Le rapport montre que le caribou a perdu deux fois plus d'habitat qu'il n'en a gagné au cours des 12 dernières années, principalement à cause de l'exploitation forestière, de la construction de routes, des feux de forêt et des changements climatiques.

Darcy Peel, directeur du programme de rétablissement du caribou de la Colombie-Britannique, dit que si l'étude aide à comprendre exactement où se situent les problèmes, ses conclusions ne sont pas surprenantes.

La solution n'est pas aussi simple que de restaurer les habitats perdus, dit-il, car la province le fait en parallèle avec d'autres mesures de gestion, y compris la gestion des prédateurs, depuis plus d'une décennie.

Il dit, par exemple, qu'un programme de protection de l'habitat entre 2005 et 2009, axé sur les habitats d'hiver en haute altitude, a aidé à créer un habitat sain pour le caribou dans ces zones, mais n'a pas protégé le fond des vallées adjacentes.

Cela a causé un problème, car l'habitat sain du caribou était entouré de fortes populations d'orignaux, de wapitis et de cerfs, qui attiraient des prédateurs tels que les loups et les couguars, soutient M. Peel.

Selon lui, le contrôle des prédateurs n'est pas non plus une option durable pour sauver le caribou.

Nous avons géré les prédateurs dans certains de ces endroits [...] mais ce n'est pas considéré comme une solution à long terme, dit M. Peel.

Nous travaillons donc avec ces communautés qui dépendent souvent des emplois de gestion des ressources naturelles, comme la foresterie, pour élaborer des solutions qui vont atténuer tout impact sur elles tout en conservant le caribou.

Il dit que la province cherche à trouver d'autres solutions pour le caribou en en apprenant davantage sur la relation entre les prédateurs et les proies, en explorant la reproduction pour la conservation et en améliorant la gestion des industries de l'écotourisme.

Nous avons une très bonne gestion des motoneiges dans la partie sud de la province [et] nous travaillons là-dessus dans la partie nord, dit M. Peel, et nous travaillons à développer une solution similaire pour l'héliski.

Pour que les solutions soient efficaces, tout le monde doit cependant faire sa part pour empêcher le caribou de disparaître, selon M. Peel. L'industrie forestière, l'industrie minière, l'industrie des loisirs et les gouvernements fédéral, provinciaux, municipaux et autochtones doivent tous faire partie de la solution.

C'est un gros problème avec lequel nous luttons dans tout le pays [...] et personne ne l'a encore fait avec succès.

Avec les informations de Daybreak South

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !