•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Transition Québec promet la gratuité du transport en commun

Le métrobus 800 du RTC.

Transition Québec souhaite la gratuité du transport en commun pour encourager son utilisation.

Photo : Radio-Canada / Jean-Simon-Fabien

À l'aube d'une révolution du transport collectif dans la capitale avec le projet de tramway, le parti Transition Québec se lance dans les annonces électorales au municipal en promettant la gratuité du transport en commun. Une promesse qui serait financée en partie par une taxe sur l'essence dans la région métropolitaine.

Le parti Transition Québec tenait cette fin de semaine son congrès préélectoral. Le parti qui se définit comme progressiste et résolument écologiste en a profité pour prendre son premier engagement public.

Le parti s'engage à éliminer toutes formes de tarification sur l'accès au transport en commun de la ville de Québec, pour tous les types de transport en commun et pour tous les usagers et usagères, a-t-on annoncé dimanche.

Afin de faire à l'urgence climatique, une transition rapide de l'automobile vers les transports collectifs et actifs est incontournable, a déclaré Jacquelyn Smith, cheffe de Transition Québec, en conférence de presse. Les transports représentent 43 % des émissions de GES au Québec. [...] Tout le monde bénéficie d'une augmentation de l'usage des transports en commun, y compris les automobilistes.

Taxe sur l'essence et mesures « écofiscales »

À savoir comment il compte financer une telle mesure, le parti offre pour l'instant la moitié de la réponse. Selon les états financiers d'une année normale du Réseau de transport de la Capitale, les revenus de tarifications des usagers étaient d'environ 76 millions $.

Transition Québec estime que de ce chiffre, 7 millions $ peuvent être économisés uniquement en supprimant les coûts opérationnels liés à la perception des tarifs, portant la facture à 69 millions $.

Une main tient une pompe à essence.

Transition Québec propose d'ajouter une taxe sur l'essence jusqu'à 3 cents le litre, comme dans le Grand Montréal.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le financement de la gratuité se ferait ensuite par un cocktail de mesures. D'une part, le parti propose de saisir l'offre du gouvernement du Québec qui permet d’exiger graduellement une contribution supplémentaire de 3 cents le litre d'essence vendu. L'opération irait chercher jusqu'à 25 millions $.

Quant au reste du manque à gagner créé par la gratuité, soit 44 millions $, le parti songe à accroître la charge fiscale des stationnements et des espaces asphaltés de grandes surfaces commerciales et des industries. Cette partie du plan sera détaillée dans un annonce ultérieure, dit-on chez Transition Québec.

Parti progressiste

Rappelons que Transition Québec est né des cendres d'Option Capitale-Nationale, lequel n'avait fait élire aucun conseiller municipal lors du scrutin de 2017.

Le parti a été lancé et appuyé par plusieurs membres ayant contribué à la campagne de Québec solidaire dans la capitale, au provincial, laquelle a mené aux victoire de Sol Zanetti et de Catherine Dorion. La formation compte maintenant plus de 500 membres. Sa plateforme électorale sera axée sur l'environnement et la justice sociale.

Jacquelyn Smith a pour sa part porté les couleurs de Démocratie Québec aux élections municipales de 2017, sans succès.

Les élections municipales auront lieu le 7 novembre prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !