•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il faut vacciner les étudiants, disent les professeurs de l’Université de la Saskatchewan

Gros plan sur le monument en pierres planté à l'entrée de l'Université de la Saskatchewan sur lequel est inscrit le nom de l'établissement.

L'Université de la Saskatchewan n'a pas encore annoncé comment se dérouleront les cours de cet automne.

Photo : Radio-Canada / Courtney Markewich

Radio-Canada

Les membres de l’Association des professeurs de l’Université de la Saskatchewan aimeraient que les étudiants soient contraints de se faire vacciner contre la COVID-19 avant qu’ils ne retournent sur les campus. Ils ont adopté une motion abondant dans ce sens, cette semaine.

Imposer la vaccination aux étudiants constituerait une protection supplémentaire à l’université de Saskatoon contre le coronavirus, considère Allison Muri, la présidente de l’association et par ailleurs professeure d’anglais.

Elle espère maintenant que la direction de l’université adoptera la même position que les professeurs et réclamera, elle aussi, à la province d’instaurer une telle mesure.

S’il en est ainsi, l’établissement d’enseignement supérieur de la Ville des Ponts deviendrait un chef de file en la matière au Canada. Allison Muri souligne que certaines universités américaines ont déjà mis en place une politique de ce genre.

La présidente insiste sur l’intérêt d’obliger les étudiants à recevoir deux injections de sérum tant pour l’université que pour les habitants de Saskatoon.

Nos étudiants ne restent pas uniquement sur les campus. Ils ont une vie en dehors. Nous-mêmes, les professeurs, nous interagissons tous quotidiennement avec des personnes qui vivent et travaillent dans la ville et ses alentours.

Entre résignation et impatience

L'Université de la Saskatchewan n'a pas encore annoncé dans quelles conditions se déroulera la prochaine session d'automne.

Jusqu’à présent, l’enseignement se fait principalement en ligne. Les professeurs et leurs étudiants se sont adaptés, mais beaucoup d’entre eux attendent avec impatience la reprise des cours en présentiel.

La résilience de mes étudiants m’a véritablement impressionné. Sauf que pour eux, l’état actuel des choses n’est pas une solution. Ils ont hâte de retourner à l’université, confie Jim Clifford, professeur d’histoire à l’Université de la Saskatchewan.

Avec les informations de Morgan Modjeski

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !