•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quand Daniel Lavoie met Gabrielle Roy en musique

Le chanteur Daniel Lavoie assis sur un canapé

Le chanteur Daniel Lavoie

Photo : ICI Radio-Canada/Daniel Gervais

L’auteur-compositeur-interprète Daniel Lavoie fait partie de la distribution réunissant plusieurs vedettes du conte musical Le Vieillard et l’enfant, publié aux éditions La Montagne secrète.

Le conte est inspiré d’un texte que l’on retrouve dans le roman La Route d’Altamont de l’écrivaine franco-manitobaine Gabrielle Roy. L’adaptation est de l’écrivaine Dominique Fortier, les illustrations sont signées Rogé alors que la narration est assurée par la comédienne Marie-Thérèse Fortin.

De plus, 14 chansons tirées de l’univers du conte sont proposées aux lecteurs. Ces textes sont signés par Christian Vézina et Dominique Fortier alors que l’ensemble de la musique a été composée par Daniel Lavoie.

Outre le chanteur franco-manitobain, Ingrid St-Pierre, Alexandre Désilets et les Sœurs Boulay interprètent ces chansons. La direction artistique du projet était assurée par le Fransaskois Roland Stringer et la réalisation de l’album était entre les mains du Franco-Manitobain Benoît Morier.

La couverture d'un livre pour enfant sur laquelle on distingue l'illustration d'un vieil homme et d'une jeune fille.

La couverture du conte musical Le Vieillard et l'enfant.

Photo : Radio-Canada / Crédit : Ron Boileau

Il s’agissait d’une première incursion dans l’univers de Gabrielle Roy pour Daniel Lavoie. J’étais très heureux de participer à ce conte très poétique, aussi très mignon. C’est beau, c’est doux, c’est simple, dit-il.

L’histoire relate une chaude journée d’été où le personnage de Christine, l’alter ego de Gabrielle Roy, croise la route d'un vieil homme, monsieur Saint-Hilaire. De cette rencontre naît une amitié qui les amène jusqu’aux abords du lac Winnipeg, que Christine n’a encore jamais vu.

J’ai eu envie d’embarquer là-dedans, j’ai eu envie de croire que oui, on peut encore être naïf. On peut encore croire que c’est possible, une relation entre un vieil homme et une enfant. Je pense que Gabrielle Roy était probablement la personne pour le défendre, raconte Daniel Lavoie.

Une illustration d'un vieil homme et d'une jeune fille.

Les illustrations du conte sont signées Rogé.

Photo : Radio-Canada / Crédit : Ron Boileau

Les chansons qui accompagnent le conte s'inspirent du texte de Gabrielle Roy pour faire vivre musicalement les personnages.

Le choix que j’ai fait pour ce projet, c’est que ce soit très folk, très proche de la musique que j’ai connue quand j’étais au Manitoba. Une musique très organique, faite d’instruments acoustiques et de choses simples, explique le musicien.

Sur les traces de Gabrielle Roy

Les mots de l’autrice accompagnent Daniel Lavoie depuis fort longtemps. Je me sens très proche de Gabrielle Roy pour beaucoup de raisons. Quand j’ai lu La Détresse et l’enchantement j’avoue, j’ai eu des gros frissons pendant longtemps et juste d’y penser, j’en ai encore!, relate-t-il.

Notre voyage en Europe, nos voyages à travers le monde... C’est certain que je n’ai pas le même chemin, mais presque. Je n’ai pas son talent, mais j’ai quand même vécu le Manitoba français comme elle l’a vécu et quand elle parle, je comprends très bien ce qu’elle dit, renchérit-il.

L’écrivaine l'a précédé au village de Saint-Chrysostome au Québec, à 60 kilomètres de Montréal, où il a élu domicile depuis près de 30 ans. Un jour, au dépanneur, il a remarqué une photo de Gabrielle Roy à la une du journal du village. C’est en posant des questions au propriétaire du dépanneur qu’il a appris que la célèbre écrivaine de Saint-Boniface aurait habité un certain temps à Saint-Chrysostome.

Comment est-ce possible? De tous les villages du Québec! Pendant la guerre, elle serait venue vivre dans une maison de pension où elle aurait commencé Bonheur d’occasion. La rumeur le dit! Il n’y a pas de preuves et les chroniqueurs officiels de Gabrielle Roy vont hésiter avant de l’affirmer, mais bon voilà, nos destins sont liés!, raconte-t-il en riant.

Une illustration représentant une vieil homme et une jeune fille au bord d'un lac.

Monsieur Saint-Hilaire et Christine aux abords du lac Winnipeg.

Photo : Radio-Canada / Crédit : Ron Boileau

Les paysages dépeints par Gabrielle Roy et illustrés par Rogé qui sont au cœur du conte Le Vieillard et l’enfant sont très familiers pour Daniel Lavoie, qui s’y est tout de suite reconnu.

Je reconnaissais la plage, j’y suis allé souvent au lac Winnipeg. On y allait au collège, Winnipeg Beach, Victoria Beach, donc je ne connais pas le lac Winnipeg de Gabrielle Roy parce que ça devait être quand même une autre époque, mais ça résonnait extrêmement précisément en moi, dit-il.

En direct de Taipei

Le chanteur est actuellement à Taipei, à Taïwan, où il respecte présentement une quarantaine dans une chambre d’hôtel avant de pouvoir reprendre les spectacles de Notre-Dame-de-Paris. Une bonne partie de la tournée prévue a été chamboulée par la pandémie.

J’étais en Corée au début de l’année, on a joué pendant quelques semaines. À un certain moment, il y a eu une recrudescence des cas et la salle est passée de 75 % à 50 %, et à 33 %. La production a cessé, explique-t-il.

Daniel Lavoie devrait passer une bonne partie de l’année au Canada, tant au Québec qu’au Manitoba, même si la tournée asiatique du spectacle pourrait reprendre, selon ce que permettra la situation sanitaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !