•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nucléaire iranien : percée espérée à Vienne

Le représentant de l'Union européenne (UE) Enrique Mora,
le vice-ministre iranien des Affaires étrangères et chef de la délégation à Vienne, Abbas Araghchi, et l'ambassadeur iranien à l'AIEA, Kazem Gharibabadi.

La prochaine rencontre est prévue le vendredi 7 mai.

Photo : via reuters / EU DELEGATION IN VIENNA

Agence France-Presse

Les négociateurs sur le nucléaire iranien ont dressé un bilan d'étape nuancé samedi à Vienne, à l'issue d'un troisième round de pourparlers pour sauver l'accord de 2015, et appellent à aller plus vite dans l'espoir d'aboutir d'ici « trois semaines », selon la partie russe.

Un succès n'est en aucun cas garanti, mais pas impossible, a tempéré auprès de l'AFP une source diplomatique du côté européen, tout en promettant de redoubler d'efforts pour y parvenir.

Optimisme russe

Les représentants des États toujours parties de l'accord (Iran, Chine, Russie, France, Allemagne, Royaume-Uni), qui se sont réunis pendant un peu plus d'une heure, ont noté les progrès incontestables réalisés, a commenté sur Twitter l'ambassadeur russe Mikhaïl Oulianov, faisant état d'un optimisme prudent.

Il n'y a pas d'échéance, mais les participants visent une conclusion fructueuse des discussions dans environ trois semaines, a-t-il poursuivi. Est-ce réaliste? Nous verrons.

Manque d'avancées

Les trois pays européens ont pour leur part regretté le manque d'avancées cette semaine.

Nous avons beaucoup de travail et il nous reste peu de temps. Dans ce contexte, nous aurions espéré davantage de progrès, ont-ils souligné, expliquant que les points les plus critiques n'avaient pas encore été résolus.

Les échanges ont atteint en quelque sorte une maturité [...], les désaccords apparaissent plus clairement.

Une citation de :Abbas Araghchi, chef de la délégation iranienne

Et la phase rédactionnelle avance doucement, a déclaré le vice-ministre iranien des Affaires étrangères et chef de la délégation à Vienne, Abbas Araghchi, interrogé par la télévision d'État Irib.

Rendez-vous vendredi prochain

Désormais, les négociateurs retournent dans leur capitale et se sont donné rendez-vous vendredi prochain, a précisé le ministère dans un communiqué.

Tous ont convenu que le travail devait se poursuivre avec davantage de rapidité et de sérieux au cours de la prochaine session, a ajouté Téhéran.

Un accord moribond depuis 2018

Le JCPOA, acronyme anglais qui désigne communément l'accord international sur le nucléaire iranien, est censé empêcher la République islamique de se doter de l'arme atomique, mais il est moribond depuis le retrait des États-Unis de Donald Trump en 2018 et le retour dans la foulée des sanctions américaines à l'encontre de Téhéran.

Samedi matin, Européens, Russes et Chinois avaient eu des consultations communes avec les Américains, selon un diplomate européen, mais sans les Iraniens, qui refusent de rencontrer les émissaires de Washington. Les négociations se font donc de manière indirecte.

Nombreux obstacles

Le processus a démarré début avril; les protagonistes rappellent régulièrement que la tâche est compliquée et que les obstacles sont nombreux.

Trois groupes d'experts planchent sur le sujet.

Il s'agit d'écrire noir sur blanc quelles mesures punitives le gouvernement américain de Joe Biden est prêt à lever et comment l'Iran compte renouer en échange avec les restrictions dont il s'est affranchi dans le domaine nucléaire.

Accord sur le retrait de sanctions

Selon M. Araghchi, un accord a été trouvé pour retirer les sanctions touchant les secteurs de l'énergie (pétrole et gaz notamment), automobile et financier, ainsi que la plupart de celles visant des institutions et cadres du régime, mais les discussions continuent sur d'autres cas.

Autre enjeu : définir l'enchaînement possible des étapes pratiques afin de remettre l'accord sur les rails.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !