•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Grand Vancouver pourrait gagner 1 million d’habitants d’ici 2050

Des immeubles en construction au centre-ville de Vancouver.

Il faudra non seulement construire des logements en nombre suffisant pour accueillir les nouveaux habitants, mais s'assurer qu'ils sont adaptés, prévient Andy Yan, de l'Université Simon Fraser.

Photo : Radio-Canada / Kevin Mcintyre-Tor

Radio-Canada

Malgré la faible croissance de la population du Grand Vancouver depuis le début de la pandémie de COVID-19, des analystes prévoient l’ajout de plus de 1 million d’habitants d’ici 2050.

Selon les données dévoilées au conseil de Metro Vancouver vendredi, les planificateurs prévoient une croissance d’environ 35 000 personnes par an au cours des 30 prochaines années. La population atteindrait ainsi 3,8 millions d’habitants en 2050.

Le directeur régional de la planification, Sean Galloway, précise que cette projection concorde avec la précédente, qui se terminait en 2040 : Je ne suis pas surpris de voir que la région croît en dépit de la pandémie. Ça a toujours été un endroit où il fait bon vivre.

Les effets de la pandémie

D'après les études que les autorités régionales ont faites à partir des données du recensement de 2016, 8 % de la population du Grand Vancouver vient d’un autre pays, alors que 3 % viennent d’ailleurs au Canada et 1 % d’une autre région de la Colombie-Britannique.

La région a accueilli 31 394 personnes en 2019-2020. L’immigration a chuté de 50 % dans l’ensemble du pays depuis le début de la pandémie et Vancouver ne fait pas exception, notent les analystes.

Leurs projections tiennent toutefois compte de la volonté affichée d’Ottawa d’augmenter le nombre d’immigrants accueillis au cours des trois prochaines années.

Être prêts à accueillir

Ces prévisions rappellent toutefois la nécessité de construire des logements, améliorer les transports en commun et créer des emplois, ajoute Sean Galloway.

Selon le directeur du programme municipal de l’Université Simon Fraser, Andy Yan, ce sont les détails du nombre et du type de logements à créer pour s’adapter aux besoins réels de la population qui causeront des maux de tête aux autorités municipales.

Selon la Société canadienne d’hypothèque et de logement, la construction de 22 371 logements a commencé dans la région en 2020.

L’autre question qui doit préoccuper les autorités, note Andy Yan, est la qualité des emplois créés. Il est bien de penser aux emplois payants, mais il faut se souvenir que de nombreux emplois ont un salaire faible à moyen, rappelle-t-il.

Avec les informations de Maryse Zeidler

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !