•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’absence du film Les Rose au Gala Québec Cinéma suscite des critiques

Photo d'un homme qui lève le poing en l'air, en surimpression sur des photos de famille, avec le titre « Les Rose ».

Le film documentaire «Les Rose» n'a décroché aucune nomination pour les prix Iris, alors qu'il était éligible dans cinq catégories.

Photo : ONF

Radio-Canada

Le fait que le film documentaire Les Rose n’ait décroché aucune nomination pour les prix Iris remis lors du Gala Québec Cinéma a provoqué l’incompréhension de son réalisateur, Félix Rose, et de personnes du milieu culturel. Toutefois, selon Québec Cinéma, cette situation n’est pas le résultat d’une décision politique, mais de l’application de ses règlements et du choix d’un jury.

On s’attendait à avoir une ou deux nominations [sur les cinq prix auxquels Les Rose était admissible], surtout pour le montage et la musique, car la musique [du film composée par] Philippe Brach a été acclamée. Ça a été un choc, a raconté Félix Rose au micro de Catherine Richer, chroniqueuse culturelle à l’émission Le 15-18.

Michel Giroux [le monteur du documentaire] a fait un travail dont on va encore parler dans 30 ans [et] a travaillé avec 200 heures d’archives, a-t-il ajouté. Pour moi, le fait qu’il ait été boudé, c’est un affront.

L’émotion suscitée par la non-nomination de ce film qui revient sur l’enlèvement du ministre Pierre Laporte en octobre 1970, notamment par Paul et Jacques Rose, le père et l’oncle du réalisateur, a dépassé l’équipe du film.

Une lettre de soutien

Vendredi, le cinéaste Jules Falardeau et l’auteur-compositeur-interprète Émile Bilodeau ont publié dans Le Devoir une lettre dénonçant le fait que Les Rose soit le grand oublié des prix Iris, alors que le film a été mis en nomination pour le prix Luc-Perreault de l’Association québécoise des critiques de cinéma (AQCC) et le Prix collégial du cinéma québécois (PCCQ).

Pour quelles raisons le jury des catégories documentaires aux prix Iris, composé de "sept professionnels nommés par les associations professionnelles de l’industrie", a choisi d’ignorer les qualités cinématographiques évidentes et reconnues de ce film? demande cette lettre, cosignée par 28 personnes, dont le cinéaste Hugo Latulippe, le comédien Sébastien Ricard et l’humoriste Guillaume Wagner.

Leur décision a-t-elle pu être motivée par une aversion pour le film politique ou une ''peur de diviser''? ajoute-t-elle.

Ségolène Roederer, directrice générale de Québec Cinéma, compatit avec Félix Rose. Tout ça est très malheureux, j’en conviens, a-t-elle déclaré en entrevue à Catherine Richer. Je peux vraiment imaginer à quel point c’est difficile pour tout créateur de vivre éventuellement les affres des compétitions.

Le choix des finalistes a été effectué par un jury, et non par l’équipe de Québec Cinéma elle-même. Tout ce qui concerne les nominations, on supervise au maximum le travail [du jury] pour s’assurer que les choses se passent de la bonne façon, selon toutes les règles de bienséance et d'honnêteté, a-t-elle dit.

Pas de prix du public

Autre motif de déception pour Félix Rose et les personnes qui le soutiennent : Les Rose n’est pas non plus en lice pour le prix du public.

Chaque année, ce prix est décerné à l’un des cinq films de fiction ayant généré le plus de recettes dans les salles de cinéma du Québec. Si Les Rose se classe cinquième des films québécois ayant rapporté le plus d'argent en 2020, selon les chiffres de Cinéac, ce film est un documentaire, et non une fiction.

Très sincèrement, il n’y a pas de film écarté, il y a une règle qui existe depuis toujours sur ce prix du public destiné aux longs métrages de fiction, a assuré Ségolène Roederer, qui précise que les populaires documentaires Jukebox et Je m’appelle humain n'ont pas non plus été sélectionnés pour le prix du public.

Cette année, une bonne partie des salles ayant été fermées pendant plusieurs mois en raison de la pandémie, le critère de cinq films ayant enregistré le plus de succès a été assoupli. Ce sont donc 16 longs métrages de fiction qui sont soumis au vote du public.

Certains ont été vus par une poignée de gens, a dénoncé Félix Rose, qui aimerait que Québec Cinéma accepte d’assouplir davantage son règlement cette année afin d’y inclure les longs métrages documentaires.

Le film est l’un des incontournables de l’année, et là, on est invisible, a-t-il déploré, soulignant que son documentaire a été le contenu le plus regardé l’an dernier sur le site de l’Office national du film (ONF), avec 90 000 vues.

Nous respectons les règles de Québec Cinéma et son autonomie, a réagi l’ONF, par communiqué. Cependant, nous allons certainement poursuivre la conversation avec l’organisme au cours des prochaines semaines afin d’examiner la possibilité d’élargir cette catégorie à tous les longs métrages sortis en salle.

Devant ces critiques, Ségolène Roederer met en avant le fait que les règlements du Gala Québec Cinéma sont déterminés par les associations professionnelles qui contribuent à la gouvernance de Québec Cinéma.

La volonté de Québec Cinéma est de s’assurer de ne pas réagir à des choses et de ne pas changer les règles en cours de route, a-t-elle mentionné. Ce sont des règlements qui doivent évoluer avec un processus.

Un changement de règlement à venir?

Toutefois, à l’avenir, la possibilité pour les documentaires d’être en compétition dans la catégorie du prix du public n’est pas à exclure.

Tout est toujours fait pour évoluer. Chaque année, nos règlements sont revus, a déclaré Ségolène Roederer. J’entends l’insatisfaction et je pense que tous les gens concernés l’entendent.

Félix Rose se demande si l’absence de son documentaire dans la liste des finalistes annoncée lundi n’est pas le fruit d’une décision politique prise parce que Les Rose est un film qui dérange.

Si la raison est politique, ce que je n’espère pas, c’est qu’on ne voulait pas déranger certaines personnes, a-t-il dit. On parle d’un moment de l’histoire du Québec qui est un traumatisme collectif. Mais, le cinéma, c’est d’explorer les zones sensibles.

Avec les informations de Catherine Richer, chroniqueuse culturelle à l'émission Le 15-18.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !