•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’écrivaine franco-manitobaine Simone Chaput au Combat national des livres 2021

Portrait d'une dame d'âge mûr, aux cheveux mi-longs blonds et aux yeux bleus, qui sourit.

L'autrice Simone Chaput a écrit son dernier roman avant la pandémie et pourtant les thèmes abordés font écho à la crise sanitaire actuelle.

Photo : Éditions du Blé

Le plus récent livre de Simone Chaput, Que serions-nous sans le secours de ce qui n’existe pas? (Leméac, 2020), sera défendu par le Franco-Albertain Corey Loranger dès lundi prochain lors du Combat national des livres 2021 à l’émission Plus on est de fous, plus on lit! sur ICI Première.

Au total, cinq combattants représenteront cinq régions différentes du pays, livre en main durant cette joute littéraire annuelle. Pour Corey Loranger, cet honneur vient avec de grandes responsabilités.

C’est toujours un honneur pour moi en tant que Franco-Albertain de représenter ma province. Mais non seulement ça, de facto on finit par représenter tout le territoire de l’Ouest! C’est un peu de pression sur les épaules [rires]!, confie-t-il.

Le livre de Simone Chaput, son onzième en carrière, se présente comme un roman choral où les voix narratives s’entremêlent autour d’une même recherche : combler un vide dans leur existence.

Je voulais trouver un livre qui me parlait, qui me touchait personnellement, mais aussi je voulais une nouveauté, comme celui de Simone [Chaput] qui est sorti à l’automne. Je voulais non seulement faire découvrir une œuvre de notre territoire, mais aussi quelque chose que les gens allaient découvrir pour la première fois, explique Corey Loranger.

La citation, le deuil et l'actualité

Le titre du livre est une citation de l’écrivain français Paul Valéry, une citation qui accompagne Simone Chaput depuis bien longtemps. Ce n’est qu’il y a quelques années qu’elle a su qu’elle allait en faire un roman.

Ce titre-là, ça traîne dans mes papiers depuis des lustres! Ça m’a beaucoup touché. Je voulais faire quelque chose avec ça et lorsque ma mère est décédée il y a trois ans, ça m’a fait un coup dur. J’ai voulu par la suite examiner mes rapports avec l’infini. Mes questionnements trouvent leurs réponses dans ce livre-là, raconte l’écrivaine.

Bien que l’écriture du livre ait été finalisée bien avant le début de la pandémie, Simone Chaput reconnaît que les histoires qui s’entrechoquent dans son plus récent roman trouvent écho dans la crise sanitaire actuelle.

J’ai vu des éléments qui se recoupent un petit peu. Il y a un deuil dans le livre et je me suis dit après que peut-être ça allait répondre au deuil que l’on ressent, nous, comme humanité à cette époque si troublante et si tragique aussi, développe-t-elle.

On dit que les auteurs ont cette préséance : ils voient très loin en arrière et très loin devant aussi.

Une citation de :Simone Chaput, écrivaine

C’est souvent comme ça. On parle de quelque chose et puis voilà, ça se manifeste dans la société. C’est toujours un peu troublant, on se demande d’où ça vient cette intuition-là, renchérit l’autrice.

Pour Corey Loranger, c’est d’abord la langue de Simone Chaput qui l’a frappé. C’est pour lui l’une des forces du roman. Se plonger dans ce livre, c’est d’abord et avant tout tisser une relation de confiance avec l’écrivaine.

Le lien auteur-lecteur

Le vocabulaire de Simone [Chaput] est hallucinant! C’est tellement beau de la lire, c’est de la poésie en forme de roman. Aussi, c’est un roman choral où il y a plus d’un personnage qui raconte l’histoire. C’est exigeant, et elle ne nous le cache pas c’est un choix qu’elle a fait et elle nous fait confiance en tant que lecteur comme nous on lui fait confiance en tant qu’autrice, explique-t-il.

Autant de raisons et d’arguments que l’animateur et comédien Corey Loranger devra savamment porter dans l’arène du Combat national des livres 2021, alors que quatre autres pugilistes littéraires tenteront de faire de même avec leur poulain.

Moi, j’ai entièrement confiance dans le livre de Simone [Chaput], la qualité de son écriture, l’histoire formidable du livre. Je veux que son livre gagne ce combat, je me tiens prêt pour livrer un bon combat jusqu’à la fin!, assure-t-il.

Le Combat national des livres 2021 prend son envol le 3 mai prochain, sur les ondes d’ICI Première.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !