•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Blanchiment d'argent : Kash Heed contredit le témoignage d'un ancien agent de la GRC

Kash Heed.

L'ancien ministre et solliciteur général Kash Heed a témoigné devant la Commission Cullen. (archives 2010)

Photo : La Presse canadienne / DARRYL DYCK

Radio-Canada

L'ancien ministre Kash Heed a fermement nié avoir dit à un enquêteur de l'équipe intégrée d'enquête sur les jeux de hasard que les membres du gouvernement libéral étaient au courant des activités illégales dans les casinos et ne faisait presque rien pour y mettre fin.

L'ancien solliciteur général de la Colombie-Britannique témoignait vendredi devant la Commission d'enquête publique Cullen sur le blanchiment d'argent.

Il a fait état d'un dîner à Victoria en 2009 en compagnie de l'ancien enquêteur et directeur de l'équipe intégrée d'enquête sur les jeux de hasard aujourd'hui dissoute, Fred Pinnock. Son souvenir de la rencontre est toutefois très différent que ce qu'a rapporté Fred Pinnock à la commission d'enquête l'automne dernier. Celui-ci a alors témoigné qu'il avait rencontré Kash Heed en novembre 2009, peut après l'arrivée de ce dernier au poste de solliciteur général, afin de le sensibiliser au sujet d'importantes sommes d'argent, probablement liées au crime organisé, qui passaient par les casinos de la province.

Rich Coleman, Christy Clark et Mike Dejong.

L'ancien ministre de Finances, Mike Dejong (droite), serre la main de l'ancien ministre de l'Énergie et des Mines, Rich Coleman (gauche), sous les yeux de Christy Clark (milieu) à l'Assemblée législative en février 2016.

Photo : La Presse canadienne / Chad Hipolito

L'ancien agent de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a témoigné avoir été choqué quand Kash Heed lui a dit que le ministre responsable des jeux de hasard à l'époque, Rich Coleman, était plus intéressé aux profits que pouvait faire le gouvernement que de lutter contre le crime dans les casinos.

Kash Heed, qui est également un ancien chef du service de police de West Vancouver, a affirmé qu'il n'avait rien dit de tel. « Est-ce que vous lui avez dit quoi que ce soit lors de cette rencontre en novembre 2009 au sujet de membres du gouvernement qui étaient au courant de ce qui se déroulait dans les casinos et qui fermaient les yeux », lui a demandé un des avocats de la commission Brock Martland. « Non », a répondu Kash Heed. « Est-ce que vous avez tenu des propos comme quoi ou dit que M. Coleman était au courant de ce qui se passait dans les casinos », lui a aussi demandé l'avocat. « Non », a répondu Kash Heed.

Plus tôt cette semaine, Rich Coleman a témoigné qu'il n'avait jamais donné préséance aux profits provenant des jeux de hasard sur le combat contre le crime dans les casinos.

L'avocat Martland a déclaré que Fred Pinnock a suggéré devant la commission d'enquête que Kash Heed était au courant du blanchiment d'argent dans les casinos à l'époque où il était solliciteur général de la province. « Je n'étais pas au courant et cela n'a jamais été porté à mon attention », a répondu Kash Heed quand la question lui a été posée.

Des conversations enregistrées à l'insu de Kash Heed

Celui-ci a toutefois convenu qu'il avait candidement exprimé des opinions au sujet du blanchiment d'argent pendant une conversation avec Fred Pinnock en 2018 que l'ancien agent de la GRC a enregistrée.

Kash Heed a déclaré que Fred Pinnock ne lui a dit que quelques jours avant de parler aux enquêteurs de la Commission Cullen en janvier 2020 qu'il allait leur donner des copies de trois enregistrements qu'il avait faits de leurs conversations à l'époque.

Des dizaines de machines à sous se trouvent le long d'un mur.

Des milliards de dollars ont été blanchis en Colombie-Britannique, entre autres dans les casinos de la province.

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

L'ancien ministre libéral a expliqué avoir été troublé d'apprendre qu'il avait été enregistré secrètement par un collègue policier. « Qu'est-ce que j'en pense : c'est un abus absolu, absolu, de la confiance que j'ai pour toute personne que je considère comme un ami de longue date, un associé au sein du corps policier », a-t-il répondu.

Dans un des enregistrements, Kash Heed dit que le gouvernement libéral est au courant des activités suspectes liées au blanchiment d'argent dans les casinos et que Rich Coleman avait le pouvoir de manipuler les officiers haut placés de la GRC.

Ils ne sont pas basés sur une connaissance directe de mon passage dans la police ou au gouvernement, a-t-il dit aux membres de la Commission. Il y avait beaucoup de beaux discours entre deux personnes qui ont longtemps été policiers, a-t-il ajouté.

D'autre dossiers de l'époque avaient son attention

Kash Heed a affirmé qu'au cours de son passage au poste de solliciteur général, le blanchiment d'argent dans les casinos ne faisait pas partie des dossiers dont ils s'occupaient. Les dossiers prioritaires à l'époque étaient ceux des armes, des gangs criminels, des cultures illégales de marijuana et la violence conjugale, a-t-il noté.

Il a expliqué que la première fois que le dossier du blanchiment d'argent dans les casinos a été porté à son attention, cela a été fait par un journaliste qui lui a posé une question sur le sujet dans un couloir du Palais législatif. C'est sorti de nulle part, a-t-il raconté. Je n'étais pas au courant de ce dossier. J'ai été un peu brusque avec lui. J'ai dû demander à mon assistant ministériel ce qu'était au juste l'équipe intégrée d'enquête sur les jeux de hasard.

La Commission Cullen a été créée par le gouvernement néo-démocrate de John Horgan en 2019 après la publication de trois rapports soulignant comment les secteurs immobilier, des véhicules de luxe et des jeux de hasard de la province servaient à blanchir l'argent du crime.

Le commissaire Austin Cullen, un juge de la Cour suprême de la Colombie-Britannique, a remercié Kash Heed pour son témoignage en disant qu'il « était utile d'avoir les deux versions de l'histoire. »

La Commission doit présenter son rapport le 15 décembre prochain.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !