•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fermeture d'un refuge au centre-ville d'Edmonton laisse 300 personnes sans toit

Le refuge temporaire Tipinawâw existe depuis octobre pour répondre aux besoins exacerbés par la pandémie et l'hiver.

La silhouette d'une personne sous un pont rempli de graffiti.

La Ville d'Edmonton promet qu'il y a assez de lits pour accueillir ceux qui dépendaient des services de Tipinawâw.

Photo : Getty Images

Radio-Canada

En langue crie, Tipinawâw signifie « un abri contre les éléments extérieurs ». Depuis six mois, c'est précisément ce qu'offre le refuge portant ce nom. Depuis vendredi, cependant, le refuge temporaire installé dans le Centre des congrès d'Edmonton est fermé.

Le centre Tipinawâw a ouvert ses portes juste avant l'arrivée des grands froids. Accessible en tout temps, il accueillait quotidiennement jusqu'à 300 personnes sans domicile fixe.

Mahad Hussein y dormait depuis cinq semaines environ. C'est aussi l'endroit où il prenait ses douches, où il mangeait ses repas et où il recevait des services pour trouver du logement. Mais face à sa fermeture, il ne sait pas où il passera sa prochaine nuit.

Je ne sais pas ce que je vais faire... Il va falloir que je me débrouille. Où est-ce que je suis censé vivre?

Une citation de :Mahad Hussein

Tôt vendredi, des autobus offraient du transport vers d'autres refuges. La Ville d'Edmonton assure qu'il y a assez de place dans les autres centres pour accueillir tout le monde : c'est ce que lui aurait indiqué le gouvernement albertain.

Des tentes alignées sur un terrain le long de la route.

Inquiets, les instigateurs du centre Tipinawâw pensent que de nombreuses personnes retourneront camper dehors.

Photo : Radio-Canada / Travis McEwan/CBC

La Ville promet aussi un financement fédéral imminent pour 200 nouveaux logements de transition. Au début du mois de mai, un nouveau refuge de Hope Mission doit ouvrir ses portes dans le nord de la capitale, sur le terrain de l'ancienne piste de courses de chevaux Northlands.

Les instigateurs du centre Tipinawâw ne sont pas convaincus par les promesses de la Ville. La fermeture du centre a créé un vide énorme, selon Dean Kurpjuweit, directeur de l'agence Mustard Seed qui était chargée des services de nuit à Tipinawâw.

Nous sommes inquiets et nous n'avons aucune idée où iront les gens. À notre avis, il n'y a simplement pas assez d'endroits pour les accueillir.

Une citation de :Dean Kurpjuweit, directeur, Mustard Seed

Il croit que de nombreuses personnes retourneront camper dehors.

Avec les informations de Mirna Djukic et Travis McEwan

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !