•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les professionnelles en soins de l’Outaouais interpellent le gouvernement Legault

Des affiches qui dénoncent les conditions de travail des professionnelles de la santé.

En mars, des affiches avaient été installées par le syndicat sur des murs extérieurs de l'Hôpital de Hull pour dénoncer leurs conditions de travail.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Radio-Canada

Le Syndicat des professionnelles en soins de l’Outaouais (SPSO) a lancé, vendredi en fin de journée, une campagne sur les réseaux sociaux, sous le thème « Agissez ».

Le syndicat invite les professionnelles en soins, les employés du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais, mais aussi les citoyens, à joindre leur voix à la campagne en signant une lettre qui demande une action urgente de la part du gouvernement du Québec afin trouver des solutions.

Il est temps de mettre en place des moyens costauds pour inciter les professionnelles en soins à venir travailler en région et à y rester. Il est urgent d’y consacrer l’argent nécessaire et de mettre en place des mesures adaptées au territoire et à la réalité de l’Outaouais. Nous arrivons au point de non-retour. Autant pour la survie du système régional de santé que pour la vitalité de nos communautés, peut-on lire dans la missive.

Cette lettre est adressée au député de Papineau, ministre de la Famille et ministre responsable de la région de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, ainsi qu’aux députés de Chapleau et de Gatineau, Mathieu Lévesque et Robert Bussière, à la présidente-directrice générale adjointe du CISSS de l’Outaouais, France Dumont, ainsi qu’au premier ministre, François Legault, à la présidente du Conseil du trésor, Sonia Lebel, et au ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé.

Capture d'écran d'une entrevue virtuelle avec Patrick Guay. Un homme parle à la caméra.

Patrick Guay, président du Syndicat des professionnelles en soins de l’Outaouais (archives)

Photo : Capture d'écran/FaceTime

Le SPSO dénonce une pénurie de main-d’œuvre dans le réseau de la santé sans précédent et dit ne constater aucune amélioration depuis la percée de la Coalition Avenir Québec (CAQ) dans la région, avec l’élection de trois députés, et depuis la nomination de la nouvelle présidente-directrice générale adjointe du CISSS de l’Outaouais, Josée Filion.

La région souffre encore d’un sous-financement en santé en comparaison avec des régions administratives similaires et il n’y a eu absolument rien de fait en matière de rétention du personnel afin d’éviter un exode encore plus massif des professionnelles en soins vers l’Ontario, les agences privées ou quittant la profession, écrit le syndicat, estimant qu’il manque 400 professionnelles en soins pour pourvoir l’ensemble des postes dans la région.

Chaque nouveau projet tel que la construction d’un nouvel hôpital met plus de pression sur un système qui n’a tout simplement plus de ressources humaines à offrir, poursuit le SPSO dans sa lettre.

Le SPSO veut rencontrer le ministre Lacombe

En marge de l’annonce de renforts pour aider le réseau de la santé en Outaouais, vendredi, le président du SPSO, Patrick Guay, a interpellé le ministre Lacombe, en entrevue avec ICI Ottawa-Gatineau.

Je cherche encore M. Lacombe. Depuis quelque temps, on l’interpelle, il semble ne pas être présent dans la région. Je me demande ce qui se passe. On a besoin de lui. La région, la population, le système de santé ont besoin de lui, a-t-il lancé. Mise à part nous dire qu’il va y avoir un nouvel hôpital dans cinq, six, sept, huit ou dix ans, il n’y a rien qui se passe!

C’est pas dans dix ans qu’on veut qu’il se passe quelque chose dans la région. On veut que ça passe là, ici, maintenant!

Une citation de :Patrick Guay, président du Syndicat des professionnelles en soins de l’Outaouais

M. Guay demande au ministre Lacombe de venir rencontrer les professionnels de la santé, sur le terrain.

Le président du syndicat souhaite obtenir une amélioration des conditions de travail.

Qu’ils arrêtent de se cacher derrière la convention collective! Il y a des choses qu’on peut faire ici et maintenant. On a un statut particulier, on l’invite à le bonifier.

Contacté par ICI Ottawa-Gatineau, le bureau du ministre Lacombe a indiqué par courriel ne pas vouloir s'immiscer dans les négociations en cours. Nous les invitons à en discuter aux tables de négociations et à trouver des solutions rapidement.

Le ministre Lacombe est très sensible à ce que vit présentement le personnel du milieu de la santé en Outaouais et est conscient que ce n’est pas facile pour personne, assure le bureau du ministre précisant vouloir respecter ses engagements en santé dans la région.

Avec les informations de Laurie Trudel, Catherine Morasse et Rosalie Sinclair

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !