•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le fabricant du vaccin Providence quitte le Canada pour manque d'appui du fédéral

Le Manitoba avait conclu une entente pour acheter 2 millions de doses de ce vaccin.

Une fiole et une aiguille.

Le chef de Providence accuse à la fois le gouvernement canadien et celui de l'Alberta d'avoir peu appuyé l'entreprise.

Photo : Avec l'autorisation de Providence Therapeutics

Le PDG de la société pharmaceutique Providence Therapeutics, Brad Sorenson, a choisi de faire affaire ailleurs qu'au Canada. Il justifie cette décision par un manque d'appui du gouvernement fédéral pour donner un élan à son vaccin contre la COVID-19.

Le vaccin canadien semblait prometteur. L'entreprise avait entamé les essais cliniques de son vaccin sur les êtres humains et s'était donné l'objectif de produire 50 millions de doses de vaccins avant la fin de l’année.

Le premier ministre de l'Alberta, Jason Kenney, saluait l'approche locale de Providence, et le Manitoba avait déjà passé une commande de 2 millions de doses du vaccin.

Tout cela est désormais du passé, confirme le PDG de l'entreprise.

« Je passe à autre chose, c'est là où j'en suis rendu. Je me suis agenouillé devant l'autel du gouvernement canadien pendant un an et je n'ai rien reçu en retour. »

— Une citation de  Brad Sorenson, PDG de Providence
Des fioles de vaccin pour la COVID-19 alignées sur une table.

Providence Therapeutics a commencé un essai clinique de son vaccin contre la COVID-19.

Photo : getty images/istockphoto / kiattisakch

Brad Sorenson dit avoir l'intention de transférer ses activités à l'étranger pour offrir un vaccin aux populations de l'hémisphère sud. Dans une autre partie du monde, il espère que son entreprise se fera mettre moins de bâtons dans les roues.

Je ne peux pas vous décrire à quel point cela me fait de la peine, dit-il. La vérité, c'est que je pourrai améliorer beaucoup plus de choses à l'extérieur du Canada qu'ici.

« Le vaccin ne sera pas produit au Canada, et les Canadiens ne l'auront pas en priorité. »

— Une citation de  Brad Sorenson, PDG de Providence

Les discussions au sujet du déménagement ont déjà commencé, selon Brad Sorenson, mais le pays hôte n'a toujours pas été choisi.

En plus de la commande manitobaine, cette décision met à mal le projet de produire le vaccin de Providence à Calgary. Le partenaire de l'entreprise, Northern mRNA, devait notamment y construire de toutes nouvelles installations.

Un homme en costume et cravate passe une entrevue.

Brad Sorenson est le PDG de Providence Therapeutics, une entreprise établie entre Calgary et Toronto.

Photo : Avec l'autorisation de Providence Therapeutics

Silence radio d'Ottawa

En février, Brad Sorenson a écrit une lettre au premier ministre canadien, Justin Trudeau, dans laquelle il lui demandait un apport de 150 millions de dollars pour commercialiser son vaccin.

Il dit n'avoir jamais reçu de réponse.

J'ai tendu le ballon de football au gouvernement à la ligne d'une verge, raconte M.Sorenson. Au lieu de l'avancer, le gouvernement a choisi de prendre le ballon et de courir dans la direction opposée.

Le gouvernement fédéral n'est pourtant pas de cet avis. Premièrement, les décisions concernant le financement des vaccins sont déterminées par un groupe d'experts externes, explique le ministère de l'Innovation, des Sciences et de l'Industrie dans une déclaration.

Nos investissements proviennent des conseils d'experts formant un groupe de travail sur le vaccin, ajoute-t-il.

Deuxièmement, Providence avait reçu 10 millions de dollars de soutien depuis l'été, dit le Ministère, dont 5 millions du Conseil national de la recherche (CNRC) et 4,2 millions des Instituts de recherche en santé.

Providence compte parmi les six fabricants de vaccins et sept compagnies pharmaceutiques dont les demandes admissibles pourraient bénéficier d'une partie des 113 millions de dollars consacrés à la lutte à la COVID-19 par le Programme d'aide à la recherche industrielle du Conseil national de recherches du Canada.

Avec des informations de John Paul Tasker

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !