•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Elle reçoit son résultat positif de COVID-19 assise à la terrasse d'un restaurant

L'écriteau du restaurant Maria Maria sur la rue Racine.

Le restaurant Maria Maria a dû être désinfecté de fond en comble après la visite d'une cliente atteinte de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Catherine Gignac

Radio-Canada

Le restaurant Maria Maria de Chicoutimi a dû procéder à une désinfection complète de son établissement après qu’une cliente eut appris qu’elle était infectée par la COVID-19 pendant qu’elle se trouvait sur place, jeudi après-midi.

Selon le propriétaire du restaurant situé sur la rue Racine, Bénédict Morin, la cliente s’est présentée sur la terrasse alors qu’elle était en attente d’un résultat du test de dépistage du nouveau coronavirus.

Or, les règles de la santé publique sont claires à cet effet. Comme c’est le cas pour les personnes atteintes de la COVID-19, toute personne qui a subi un test de dépistage doit demeurer isolée tant et aussi longtemps qu’elle n’a pas obtenu l’assurance que celui-ci était négatif.

Bénédict Morin pose devant son restaurant de la rue Racine, à Chicoutimi.

Le propriétaire du restaurant Maria Maria, Bénédict Morin, demande à la population de faire preuve de prudence.

Photo : Radio-Canada / Catherine Gignac

L’entorse à cette règle a eu des conséquences fâcheuses pour le restaurateur qui a fermé ses portes jeudi soir. Ce dernier a fait appel à une entreprise spécialisée en désinfection pour s’assurer qu’il n’y avait aucune trace du virus entre les murs de son établissement. L’opération a été menée vendredi, en avant-midi. Sept employés sont également en retrait préventif pour une durée de 14 jours.

Pour les restaurateurs en ce moment, c'est relativement difficile. On ne pouvait pas se permettre de fermer l'établissement pendant 14 jours. On a appelé l'équipe de désinfection, mais encore là, ça représente des coûts. On invite les gens à être prudents, a déclaré Bénédict Morin au micro de Radio-Canada.

Le copropriétaire de Zone Zéro, Alain Lapierre, a mené le grand ménage imprévu. Il est persuadé que le restaurant est désormais pleinement sécuritaire. Et signe que la clientèle n’est pas trop inquiète de contracter le virus à la suite de cet épisode, toutes les plages de réservation étaient comblées pour la soirée de vendredi.

D'après les informations de Catherine Gignac

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !