•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet Dumont pourrait décoller cette année à Launay

Le site Dumont est situé à Launay, en Abitibi.

Le site Dumont est situé à Launay, en Abitibi.

Photo : Magneto Investments

Martin Guindon

Le projet nickélifère Dumont, à Launay près d'Amos, pourrait bien prendre son envol cette année.

C’est du moins l’espoir du promoteur, Magneto Investments, alors que la valeur du nickel a plus que doublé depuis cinq ans pour flirter avec les 8 $ américains la livre ces jours-ci.

Le nickel génère en effet beaucoup d’engouement ces temps-ci. Et pour cause: il s’agit d’un des principaux ingrédients des batteries lithium-ion. On peut en retrouver jusqu’à 80 % dans la composition des piles destinées aux véhicules électriques.

Un site minéralogique vue de haut.

Le nickel génère beaucoup d'engouement ces temps-ci.

Photo : Magneto Investments

Le contenu en nickel est passé de 30 % à 50 %, et maintenant, plusieurs véhicules qui utilisent des batteries lithium-ion en contiennent jusqu’à 80 %, a précisé Johnna Muinonen, présidente de Magneto Investments, lors d’une conférence prononcée devant les membres de l’Institut canadien des mines dans le cadre de la Semaine minière, vendredi, à Amos.

Prête à décoller

Dumont est l’un des plus grands gisements de sulfure de nickel au monde. L’immense mine à ciel ouvert projetée devrait produire en moyenne 39 000 tonnes par année sur 30 ans, créant ainsi 500 emplois.

Magneto Investments a toutes les autorisations gouvernementales en main. Il ne lui reste qu’à compléter le financement d'un milliard de dollars américains pour aller de l’avant. Avec la relance dans le marché du nickel, on travaille très fort à ce moment-ci pour sécuriser des partenaires pour le développement du projet et je peux vous dire qu’il y a beaucoup d'intérêt, a assuré le chef de l’exploitation, Alger St-Jean.

Des carottes de prospecteur.

Le nickel est utilisé dans la construction de batteries lithium-ion.

Photo : Magneto Investments

Dès que le financement sera attaché et que le feu vert sera donné pour lancer le projet, l’entreprise prévoit environ six mois pour détailler l’ingénierie et deux ans pour la construction de la mine et de son concentrateur. Il lui faudrait donc trois ans pour entrer en production.

Recherche et développement

Magneto Investments a aussi obtenu un autre appui important : 100 000 $ du ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN) pour un projet de recherche et développement de près d’un demi-million de dollars. Les travaux effectués avec le COREM visent à évaluer différents procédés afin de produire un mélange de sulfates de nickel et de cobalt pour utilisation dans la fabrication de cathodes de batteries de certains véhicules électriques, selon un communiqué.

Les travaux qu’on fait présentement du côté de la transformation vers des sulfates de nickel pour le marché des batteries, c’est le genre de choses qui s’inscrit dans la stratégie énergétique du Québec. On voit l’appui qu’on a eu du MERN, vient souligner l'importance que le projet Dumont peut jouer, a fait valoir Alger St-Jean.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !