•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement accepte de se pencher sur les assurances pour camionneurs

Un camion transportant du bois sur un chemin forestier.

En 2018, les assurances pour l’entreprise ont augmenté de 2 800 $ à 6 500 $ pour un seul camion. Cette année, le coût se chiffre à 10 000 $.

Photo : Nawiinginokiima Forest Management Corporation

Le gouvernement ontarien doit se pencher sur les difficultés liées aux prix des assurances pour les petites entreprises de camionnage.

Les députés de l’Assemblée législative ont adopté jeudi une motion présentée par le député néo-démocrate de Mushkegowuk—Baie James, Guy Bourgouin.

Je suis content qu’ils aient accepté la motion. Maintenant c’est dans les mains du gouvernement. S’ils ont voté en faveur, c’est signe qu’ils ont l’intention d’aborder des points, dit le député.

M. Bourgouin souligne que sa motion touche les propriétaires-opérateurs, soit des petites entreprises généralement familiales qui comptent quelques camions semi-remorques seulement.

Ils représentent beaucoup pour la province. C’est la moindre des choses qu’on les protège, car on en a perdu beaucoup.

Une citation de :Guy Bourgoun, député de Mushkegowuk-Baie James.

M. Bourgouin donne en exemple notamment Debbie Paquin et Claude Laflamme de Hearst, propriétaires d’une petite entreprise de camionnage forestier.

Un homme en veston à l'Assemblée législative de l'Ontario.

Le député néo-démocrate Guy Bourgouin a présenté une motion pour s'attaquer aux coûts élevés des assurances pour les petites entreprises de camionnage.

Photo : Chaîne de l'Assemblée législative de l'Ontario

En 2018, les assurances pour l’entreprise ont augmenté de 2 800 $ à 6 500 $ pour un seul camion. Cette année, le coût se chiffre à 10 000 $.

Je trouve ça ridicule. Claude a 32 ans d’expérience et n’a jamais eu d’amende. Ça devrait être basé sur l’expérience du conducteur, mais ils se basent sur la province.

Une citation de :Debbie Paquin, propriétaire-opératrice de camions

C’est décourageant. Nos salaires n’augmentent pas, ajoute-t-elle.

Deux hommes devant des camions forestiers.

Claude et Nicholas Laflamme avec les deux camions de l'entreprise familiale.

Photo : Debbie Paquin

Un deuxième camion, acheté pour le fils du couple, coûte environ 18 000 $ en assurances selon Mme Paquin.

De son côté, Peter Larocque d’Haileybury relate les difficultés d’obtenir de l’assurance pour son fils voulant devenir camionneur dans l’entreprise familiale, après qu’il ait complété avec succès la formation provinciale obligatoire à un coût de plus de 8 000 $.

Le gouvernement a réglementé que les conducteurs doivent travailler pour une flotte (de camions) pendant trois ans. Cela doit cesser, souligne M. Larocque.

Après quelques années d’efforts, il a finalement pu obtenir de l’assurance pour son fils.

Le député Bourgouin dit aussi avoir reçu des témoignages d’autres camionneurs qui ont de la difficulté à obtenir une lettre témoignant de leur expérience dans les grandes entreprises de camionnage.

Ces camionneurs ont ainsi de la difficulté à trouver un emploi puisque les compagnies prêtes à les engager ne peuvent pas les assurer.

La motion comprend une obligation pour ces entreprises de camionnage de fournir ces lettres aux conducteurs, sur demande.

La motion demande aussi une évaluation des règles de souscription et de la classification des risques, ainsi qu’une réévaluation des coûts et des normes régissant la formation des camionneurs et camionneuses.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !