•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réforme du réseau du transport en commun à Winnipeg : le plan directeur est adopté

Un croquis du plan d'aménagement de la gare Union.

De nouvelles lignes de transport en commun rapide et des autobus à émissions nulles font partie du vaste plan de remaniement de Winnipeg Transit. (Winnipeg Transit)

Photo :  Capture d’écran / Plan directeur du transport en commun de Winnipeg

Radio-Canada

Le conseil municipal de Winnipeg a adopté le plan directeur du transport en commun, qui prévoit des changements majeurs pour les usagers, jeudi. Le plan propose une réforme en profondeur du système de transport en commun de la ville et sa mise en place nécessitera un investissement de centaines de millions de dollars.

Quinze des 16 conseillers municipaux ont voté en faveur d'un remaniement massif du réseau de transport en commun de Winnipeg, mais non sans qu'il y ait eu des remous. Un amendement a, entre autres, été déposé pour encadrer les vagues estimations financières du plan.

Après des années d'élaboration, le plan directeur du transport en commun propose de modifier non seulement la façon dont les usagers prendront l'autobus, mais aussi l'endroit où ils le prendront et la vitesse à laquelle l'autobus les mènera à leur destination.

Selon le nouveau plan, les itinéraires changeront, avec potentiellement plus d'arrêts et des autobus plus fréquents. Par ailleurs, trois nouvelles lignes de transport en commun rapide seront construites.

Le plan prévoit aussi l'achat de plus de 100 véhicules à émission zéro, la construction d'un nouveau garage et l'installation d'un nouveau système de communication dans la flotte, ainsi que l'ajout de dizaines de nouveaux abribus chauffés.

Près de 25 ans et plus de 800 M$ pour remanier le réseau

En tout, on estime que la mise en place des éléments du plan coûtera entre 800 millions de dollars et 1,08 milliard de dollars et qu'il faudra environ 25 ans pour les mener à terme.

Par ailleurs, le plan directeur est lié à une demande de financement de 203 millions de dollars, adressée au programme Investir dans le Canada du gouvernement fédéral. Cette demande doit néanmoins passer par la province.

Le coût de certaines parties du plan a suscité une avalanche de réactions et de questions de la part de plusieurs conseillers municipaux. Le conseiller de Saint-Vital, Brian Mayes, a fait part de ses préoccupations.

M. Mayes a voté en faveur du plan, après qu'un amendement, déposé par Scott Gillingham (St. James), eut propose l'ajout d'examens minutieux des processus de mise en place ainsi que de leur coûts respectifs.

Cet amendement n'allait pas assez loin, selon le conseiller de Charleswood-Tuxedo-Westwood, Kevin Klein. Il a été le seul à voter contre, affirmant que le plan ne comportait pas assez d'examens du risque.

Je ne dis pas que c'est un mauvais plan, je dis que nous avons besoin d'une discussion plus fructueuse. Nous devons avoir accès à des données quantitatives.

Une citation de :Kevin Klein, conseiller du quartier Charleswood-Tuxedo-Westwood

Des Winnipégois applaudissent le plan

Du côté de la population, le plan a reçu un accueil chaleureux de la part de l'organisme à but non lucratif Functional Transit Winnipeg. Ce groupe est composé de Winnipégois qui consacrent bénévolement leur temps à la promotion d'améliorations du transport public de la ville.

Le président de l'organisme, Derek Koop, salue le plan pour l'amélioration de l'accès et la réduction de l'empreinte carbone de la ville. M. Koop a, par contre, demandé aux conseillers municipaux d'aider les résidents à comprendre les changements qui seront apportés au système.

Quant au maire de Winnipeg, Brian Bowman, il affirme qu'il était temps que le système de transport en commun vieillissant de Winnipeg évolue, en utilisant l'argent des contribuables de façon responsable.

Brian Bowman s'adressant aux journalistes lors d'une conférence de presse.

Le maire de Winnipeg, Brian Bowman, dit que le plan directeur du transport en commun de la ville prévoit un minimum de dépenses pour obtenir le maximum de retour sur investissements. (archives)

Photo : Radio-Canada / Camille Gris Roy

Dans la tradition typique de Winnipeg, il s'agit d'utiliser [...] le moins de fonds possible pour obtenir le maximum de retour sur investissements pour les Winnipégois [qui] sont connus pour cela. C'est ce que ce plan directeur offre aux usagers de la Winnipeg Transit, a déclaré M. Bowman, en conférence de presse jeudi.

Un deuxième amendement au plan engage la Ville à mettre en place un plan pour déneiger correctement les arrêts de transport en commun du nouveau réseau afin de le rendre accessible à tous les usagers.

D'après les informations de Sean Kavanagh

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !