•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux centres de vaccination temporaires ouvriront à Windsor dans des zones sensibles

Les cliniques de vaccination contre la COVID-19 emploient de nombreux retraités, qui sont notamment convertis en vaccinateurs. Des aiguilles sur un plateau dans un centre de vaccination.

Les personnes de 18 ans et plus qui vivent dans les secteurs de Windsor dont les codes postaux sont N9A et N9C peuvent se présenter dans un des centres de vaccination temporaires lundi.

Photo : CBC / Ben Nelms

Radio-Canada

Deux centres de vaccination d'un jour seront accessibles lundi dans le centre-ville de Windsor pour les résidents de quartiers à haut risque de la municipalité. Les quartiers dont les codes postaux sont N9A et N9C comptent parmi les zones sensibles de la région et doivent relever un certain nombre d'autres défis.

Le Bureau de santé publique de Windsor-Essex a toutefois indiqué vendredi, lors de son point de presse quotidien, que les emplacements des deux centres ne seront communiqués que le jour même.

Ces centres sans rendez-vous seront ouverts aux personnes de 18 ans et plus qui vivent dans ces quartiers ou qui sont des travailleurs essentiels. Une preuve de résidence ou une preuve d'emploi sera requise.

Selon le médecin hygiéniste de la région, les résidents des quartiers sélectionnés font face à de multiples obstacles, comme l'accès aux soins de santé.

Nous devons être présents dans ces communautés pour [...] éliminer certains de ces obstacles en leur fournissant un accès [à la vaccination], a indiqué le Dr Wajid Ahmed vendredi.

Une campagne communautaire

Pour assurer le succès de cette campagne, l'agence sanitaire s'appuie sur différents partenaires communautaires, notamment le Carrefour communautaire francophone de Windsor-Essex (CCF-WEK), qui compte parmi ses usagers de nombreuses personnes vivant dans les quartiers visés.

Le bureau de santé veut s'assurer que tout le monde est autour de la table et peut informer de façon correcte toutes les communautés linguistiques existantes, y compris les francophones, a précisé Didier Marotte, directeur général du CCF-WEK.

Selon lui, les populations visées sont souvent déconnectées des campagnes de prévention élargies.

On sait très bien que les nouveaux arrivants peuvent avoir certains défis linguistiques, certains défis économiques, mais surtout, ils sont déconnectés des messages, précise-t-il.

Le bureau de santé s'attend à administrer environ 1000 doses lundi, soit environ 700 dans le centre-ville et jusqu'à 300 dans le centre qui sera installé dans l'ouest de la ville, a par ailleurs expliqué Theresa Marentette, PDG de l'agence sanitaire.

Quant à la vaccination des personnes de 18 ans et plus des zones sensibles à compter du 3 mai, annoncée par la province jeudi, le médecin hygiéniste a précisé que le bureau de santé régionale devra évaluer son approvisionnement en vaccins avant de se lancer.

Chiffres du jour

  • 49 nouveaux cas
  • 434 cas actifs
  • Taux de contamination hebdomadaire : 82,9 pour 100 000 habitants
  • 16 éclosions, dont 12 sur des lieux de travail

Avec des informations d'Elvis Nouemsi Njiké

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !