•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le retour en classe divise à Saskatoon et à Regina

Les écoles de Saskatoon se dirigent peut-être vers l'enseignement virtuel, alors que les écoles de Regina s'en éloignent.

Des élèves qui marchent dans la rue.

Les variants du coronavirus circulent parmi des enfants à Saskatoon et à Regina (archives).

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms (CBC)

Radio-Canada

À Saskatoon, des parents demandent à la Fédération des enseignants de la Saskatchewan (STF) de favoriser l'enseignement en présentiel plutôt que le téléapprentissage, tandis que les écoles de Regina ouvriront de nouveau leurs portes aux élèves au début du mois de mai.

La STF demande que les écoles de Saskatoon passent en mode virtuel, afin de freiner les éclosions.

Difficultés pour des parents

Marina Iyeme-Eteng et son mari travaillent à la maison. N'ayant pas de famille dans la région, cela deviendra difficile pour eux de s’occuper de leurs enfants si ceux-ci étudient de nouveau à domicile à temps plein.

Une mère assise à son bureau s'occupe de ses deux jeunes enfants.

Selon Marina Iyeme-Eteng, sa fille de 7 ans et son fils de huit8 ans éprouvent des difficultés avec le téléapprentissage.

Photo : fournie par Marina Iyeme-Eteng

Mes enfants se débrouillent bien en ce moment et je sais que c’est en partie grâce aux interactions humaines à l’école. Ils sont très sociaux. Dans la famille, on absorbe beaucoup l’énergie des autres.

Blay Blaw travaille hors de la maison, comme sa conjointe. Les enfants profitent de la présence de leur grand-mère maternelle. Mais celle-ci a de la difficulté avec les ressources technologiques utilisées par ses petits-enfants.

Si les commerces demeurent ouverts, pourquoi favoriser le téléapprentissage , demande Blay Blaw.

Les murs, en brique ou métaphoriques

Le président de la Fédération des enseignants de la Saskatchewan (STF), Patrick Maze.

Selon le président de la Fédération des enseignants de la Saskatchewan (STF), Patrick Maze, le téléapprentissage est inévitable (archives).

Photo : CBC

Par voie de communiqué, le président de la STF, Patrick Maze, qualifie la situation de périlleuse et affirme que le téléapprentissage pourrait aider à freiner la propagation du virus.

On ne peut pas garantir la sécurité des enseignants et des élèves dans les circonstances actuelles. C’est impossible.

Une citation de :Patrick Maze, président de la STF

Patrick Maze reconnaît l’ampleur des défis que ces changements présentent pour les parents, mais trouve que ces changements sont nécessaires.

Les enseignants aussi préfèrent donner leurs cours en personne, mais les projections concernant le nombre de cas d'infections aux variants indiquent que nous nous dirigeons de toute façon vers le téléapprentissage à Saskatoon.

On peut être proactifs et agir de manière ordonnée, ou bien on peut menacer la santé des gens et attendre à la dernière minute avant d’agir.

Une citation de :Patrick Maze, président de la STF

Cas confirmés

La STF affirme que le nombre de cas positifs de coronavirus augmente chez les enfants et les jeunes à Saskatoon, alors que les variants continuent de s’implanter sur le territoire.

La Division scolaire des écoles catholiques de Saskatoon explique par voie de communiqué qu’elle n’a pas l’intention de prendre le virage virtuel.

Nous avons une éclosion active, et cette zone n’a pas eu de nouveaux cas durant les trois dernières semaines.

Une citation de :Extrait du communiqué de la Division scolaire des écoles catholiques de Saskatoon

Par voie de communiqué, la Division scolaire des écoles publiques de Saskatoon précise que certains établissements se dirigent vers le téléapprentissage selon les besoins, mais qu'elle n’envisage pas d'imposer la transition à l’ensemble des écoles.

Des variants ont effectivement été identifiés dans les écoles, mais nous n’avons pas détecté une très grande augmentation du nombre de cas à l’image d’autres régions dans la province.

Une citation de :Extrait du communiqué de la Division scolaire des écoles publiques de Saskatoon

Retour en classe à Regina

Les divisions scolaires des écoles publiques et catholiques à Regina ont migré vers le téléapprentissage le mois dernier, mais les élèves retournent dans les classes à partir du 3 mai. Les établissements du Conseil des écoles fransaskoises (CEF) feront de même le 10 mai. Une situation qui inquiète les parents et les enseignants.

Une pétition s’opposant au retour en classe a récolté plus de 3200 signatures en 48 heures.

L’auteure de la pétition, Dawn Barker, craint un retour en classe alors que la majorité des enseignants n’ont pas encore été vaccinés.

Le retour de ces personnes aux cours en présentiel va avoir des conséquences sur toute la communauté. J’ai des amis qui travaillent dans le domaine de la santé et qui vont ressentir ces répercussions lorsque le nombre de cas augmentera de nouveau, relate-t-elle.

Patrick Maze confirme que plusieurs enseignants se disent très préoccupés par ce retour en classe.

Certains d’entre eux auraient entrepris des démarches afin de déclarer leur école comme étant un espace de travail dangereux.

Avec les informations de Gregory Wilson, Julia Peterson, Emily Pasiuk

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !