•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

67 nouveaux cas de COVID-19, des problèmes avec le dépistage en Nouvelle-Écosse

Robert Strang explique quelque chose en conférence de presse.

Le docteur Robert Strang, médecin hygiéniste en chef de la Nouvelle-Écosse, le 30 avril 2021 à Halifax.

Photo : Len Wagg / Gouvernement de la Nouvelle-Écosse

Radio-Canada

Après la découverte de 67 nouveaux cas de COVID-19, la Nouvelle-Écosse compte vendredi au moins 589 cas actifs de cette maladie pulmonaire.

Le gouvernement provincial s’attend à ce que ce bilan s’alourdisse, car des dizaines de milliers de tests restent à analyser par des laboratoires qui sont débordés et qui ne parviennent plus à maintenir leur cadence habituelle.

La moitié des habitants de la Nouvelle-Écosse qui ont la COVID-19 en ce moment ont 30 ans ou moins.

C'est chez les 16 à 30 ans que l'on retrouve une majorité de cas actifs, soit 195. Il y a aussi 102 personnes de moins de 15 ans qui ont contracté la maladie.

Peu de Néo-Écossais dans ces groupes d'âge sont vaccinés contre la COVID-19, puisque le vaccin ne leur est pas offert, sauf exception.

Robert Strang et Iain Rankin sont assis en conférence de presse. Sur un grand écran derrière eux, on voit un tableau des cas de COVID-19 par tranche d'âge.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le 30 avril 2021, le médecin hygiéniste en chef Robert Strang (à droite) et le premier ministre Iain Rankin (à gauche) ont présenté des statistiques sur la répartition par groupe d'âge des cas actifs de COVID-19 en Nouvelle-Écosse.

Photo : Len Wagg / Gouvernement de la Nouvelle-Écosse

Les restrictions de santé publique et aux frontières, et non la vaccination, permettront dans l’immédiat de freiner le virus, a déclaré le Dr Robert Strang, médecin hygiéniste en chef de la Nouvelle-Écosse.

En dépit du ton sombre adopté vendredi, le médecin s’est dit convaincu que l’on commencerait à observer une tendance plus favorable la semaine prochaine. Halifax et ses environs sont en confinement depuis le 23 avril, et le reste de la province l’est depuis le 28 avril.


Laboratoires débordés, les résultats des tests en retard

En raison du volume élevé de tests de dépistage effectués depuis une semaine dans la province, les laboratoires sont débordés, a indiqué le gouvernement, vendredi.

Le gouvernement estime que 45 000 tests sont en attente d’être analysés, car les laboratoires ont atteint leur limite, selon le Dr Robert Strang, et ne peuvent plus répondre à la demande aussi rapidement qu’ils le faisaient.

Ils ont trois jours de retard par rapport à leur rythme habituel, a dit le médecin hygiéniste en chef de la province.

Des gens font la file d'attente sur un terrain sportif.

La province suspend temporairement le dépistage volontaire des personnes qui n'ont pas de symptômes.

Photo : Radio-Canada / Mark Doiron

Les délais pour obtenir un résultat sont plus longs que prévu, et le Dr Strang soupçonne qu’un nombre important de cas de COVID-19 seront confirmés dès que les tests en attente auront été analysés.

Pour faciliter les choses, la province suspend temporairement le dépistage des personnes asymptomatiques, à moins que : ces personnes ne se soient trouvées dans un lieu connu d’exposition au virus; n'aient voyagé hors des provinces de l’Atlantique; ou n'aient été répertoriées en tant que contacts d’un cas confirmé et n'aient reçu un appel de la santé publique.


Hospitalisations en hausse

Le nombre d’hospitalisations continue aussi d’augmenter. Depuis jeudi, huit autres personnes atteintes de la COVID-19 ont été admises dans un hôpital.

Vendredi, 22 personnes atteintes de la COVID-19 étaient hospitalisées. Cinq de ces patients étaient aux soins intensifs, un de plus que la veille.

Nous nous attendons à voir plus d'hospitalisations et plus de transferts aux soins intensifs dans les deux prochaines semaines, a mentionné le Dr Strang.

Des 67 nouveaux cas signalés vendredi, 57 ont été dépistés dans la région centrale de la province, qui est la plus peuplée et dont la capitale, Halifax, fait partie. C’est aussi dans cette zone qu’il y a le plus grand nombre de tests de dépistage en attente d’être analysés.

Quatre nouveaux cas ont été dépistés dans l’ouest de la Nouvelle-Écosse, trois dans l’est et deux dans le secteur du nord.

Un chauffeur portant un masque vu par la fenêtre de son autobus.

La province a réitéré son appel au télétravail afin de réduire les mouvements de personnes et les contacts.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Le Dr Robert Strang a renouvelé vendredi son appel aux employeurs pour qu’ils envoient leurs employés en télétravail et cessent de les obliger à se rendre au bureau lorsque ce n’est pas nécessaire.

Nous avons vu des grappes de cas dans des lieux de travail où les employés auraient pu travailler de la maison, mais où on avait exigé des employés qu'ils soient [au bureau], a déploré le Dr Strang.


Vaccination des 40 ans et plus

Vendredi matin, le vaccin d’AstraZeneca contre la COVID-19 a commencé à être offert aux habitants de la Nouvelle-Écosse âgés de 40 ans et plus, qui pouvaient prendre rendez-vous sur le site web de la province (Nouvelle fenêtre).

La tranche d'âge des 40-54 ans représente environ 195 000 Néo-Écossais.

Tous les rendez-vous pour les 40 ans et plus semblaient déjà pris quelques heures après l’ouverture des plages horaires destinées à ces personnes.

Les personnes de 55 ans et plus peuvent aussi obtenir un vaccin d'AstraZeneca, ou encore contacter un centre de vaccination pour recevoir le vaccin de Pfizer-BioNTech ou de Moderna.

Selon le ministère de la Santé, au moins 312 493 Néo-Écossais avaient été vaccinés en date du 29 avril, et au moins 36 381 personnes avaient reçu deux doses d’un vaccin contre la COVID-19.

Dans les 24 heures précédant la publication du rapport provincial quotidien, 8306 personnes supplémentaires ont donc été vaccinées. Il s’agissait d’une première dose pour presque tous ces gens, sauf pour 832 d'entre eux, qui recevaient leur deuxième dose.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.