•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Produits forestiers Résolu dément la fermeture définitive de ses papetières

Usine de Résolu Produits forestiers à Baie-Comeau.

Comme celle d'Amos, l'usine de Baie-Comeau a dû fermer ses portes en raison d'une chute importante de la valeur du papier journal sur les marchés (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Produits forestiers Résolu dément les informations selon lesquelles les usines d’Amos et de Baie-Comeau sont fermées définitivement.

Les deux papetières sont fermées pour une durée indéterminée depuis plus d’un an, en raison des marchés défavorables au papier journal.

La compagnie assure malgré tout qu’elle continue d’évaluer des scénarios de relance et que les fermetures ne sont pas encore définitives, contrairement aux informations avancées dans le quotidien La Presse vendredi matin.

On continue de regarder. Il y a des activités qui sont en cours avec le comité de relance. Il est en train de préparer une analyse de faisabilité sur certains projets qui pourraient permettre une reprise des activités, explique le directeur des affaires publiques chez Produits forestiers Résolu, Louis Bouchard.

On a toujours dit qu'on suivrait ce processus-là et qu'on irait jusqu'à la fin. On va analyser les propositions et on verra par la suite, ajoute-t-il.

L’entreprise a toutefois confirmé qu’elle avait peu d’espoir dans la reprise de ses activités dans le secteur du papier journal.

Un appareillage dans une usine de pâtes et papiers

La demande mondiale du papier journal aurait subi des pertes de 30% l’an dernier et de 25% supplémentaires dans le dernier trimestre (archives).

Photo : iStock

En mars dernier, le premier ministre François Legault a mentionné qu’un énorme plan de relance allait éventuellement être mis en place pour sauver les papetières d’Amos et de Baie-Comeau.

Produit forestier Résolu confirme que, pour l’instant, aucune aide gouvernementale qui pourrait permettre une relance des usines n’est sur la table.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !