•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Albertain fait face à 34 accusations en lien avec des armes

Sur ses réseaux sociaux, l'accusé publiait des propos jugés « extrémistes » par la GRC.

Une boîte contenant des cartouches et d'autres articles en métal.

Kelvin Maure fait notamment face à une accusation de possession non autorisée d’armes à feu.

Photo : GRC de l'Alberta

Radio-Canada

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) en Alberta porte 34 chefs d'accusation liées aux armes contre un homme de 26 ans du comté de Parkland, directement à l'ouest d'Edmonton.

Kelvin Benjamin Maure, 26 ans, devra entre autres répondre aux accusations suivantes : être en possession non autorisée d’armes à feu ou d’armes prohibées, être en possession ou avoir fabriqué une substance explosive et avoir prétendu faussement être un agent de la paix

Depuis septembre 2020, Kelvin Maure faisait l'objet d’une enquête visant aussi d'autres personnes qui étaient associées à lui, peut-on lire dans un communiqué de la GRC.

En janvier, les enquêteurs ont commencé à se préoccuper davantage de son comportement. Il aurait publié en ligne des propos et des images considérés comme menaçants pour le public et la police, indique la GRC.

Kelvin Maure a été arrêté le 13 février. Des mandats de perquisition ont permis à la police fédérale de saisir un grand nombre d'armes à feu dans ses propriétés.

La prochaine comparution de Kelvin Maure doit avoir lieu le 7 mai.

Un veston avec des symboles et logos de la GRC.

Kelvin Maure est accusé d'avoir prétendu être un agent de la paix.

Photo : GRC de l'Alberta

Propos extrémistes sur Internet

Les réseaux sociaux sont en quelque sorte devenus un vecteur pour la radicalisation.

Dans ce cas-ci, la GRC précise que l’accusé communiquait en ligne avec des personnes qui avaient le même point de vue que lui et publiait des textes extrémistes.

 L’utilisation de l’Internet et des médias sociaux pour diffuser des messages qui visent à inciter la violence, à radicaliser ou à faire l’apologie de visions extrémistes est une tendance et un problème préoccupants.

Une citation de :Scott Isaac, agent, Équipe intégrée sur la sécurité nationale, GRC

Scott Isaac affirme que son équipe tentera de déterminer si les actions de l’accusé étaient motivées par une idéologie particulière.

De plus en plus, Internet et la radicalisation vont de pair, selon Jean-Christophe Boucher, professeur en politiques publiques et expert des questions militaires à l'Université de Calgary.

Jean-Christophe Boucher.

L'expert en sécurité internationale, Jean-Christophe Boucher note que les groupes marginaux se multiplient.

Photo : Radio-Canada

Ce que l'on voit dans les analyses sur la COVID-19 et les mouvements politiques américains [...], c'est une polarisation entre la droite et l'extrême droite, dit-il. Cela mène à un discours antigouvernement qui commence à se concrétiser et ;a se radicaliser davantage.

Ces groupes en marge de la société se multiplient, explique le professeur. À son avis, c'est un problème grandissant que le Canada devra gérer, comme le font déjà beaucoup de pays.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.