•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le syndicat des enseignants réclame la fermeture des écoles de Winnipeg

Un enfant lève le doigt dans une salle de classe.

Au moins sept écoles au Manitoba sont récemment passées à l'enseignement à distance.

Photo : Reuters / Stephane Mahe

Radio-Canada

Le syndicat des enseignants, la Manitoba Teachers’ Society, demande à la province de fermer toutes les écoles de Winnipeg aux élèves et de passer à l’éducation à distance.

Un total de 167 écoles ont été touchées par au moins un cas de COVID-19 dans les deux dernières semaines, et beaucoup d'établissements sont passés à l’enseignement à distance.

Par exemple, la Division scolaire de Pembina Trails vient de fermer les écoles South Pointe et St Avila dans le sud de Winnipeg en raison du nombre de cas de COVID-19. Elles s'ajoutent à cinq écoles de la Division scolaire Louis Riel qui sont passées à l'enseignement à distance.

La Manitoba Teachers’ Society demande au gouvernement de placer les écoles en code rouge. Cela permettrait aux vaccins et aux nouvelles ordonnances sanitaires d’enrayer la troisième vague, selon le président du syndicat, James Bedford.

Même si la province est en code rouge, pour critique, dans le système d’intervention en cas de pandémie, les écoles suivent le protocole du code orange.

Le syndicat propose que les écoles passent à l’enseignement virtuel le 4 mai, afin de donner un peu de temps aux enseignants et aux élèves de se préparer pour la transition.

James Bedford affirme que le gouvernement de Brian Pallister met en danger les vies des élèves et des enseignants en refusant d’accorder un accès prioritaire au vaccin à ces derniers. Il est désormais trop tard, ajoute-t-il.

Jeudi, Brian Pallister a annoncé les grandes lignes d’un plan qui permettrait aux enseignants et à tous les travailleurs de l’éducation d’être vaccinés au Dakota du Nord.

Les détails de cette initiative, a dit le premier ministre lors d'une conférence de presse, seront dévoilés au début de la semaine prochaine.

Notre but ici est clair, nous voulons que les écoles restent ouvertes. Nos enfants apprennent le mieux quand ils sont à l’école, mais cet environnement doit être aussi sécuritaire que possible, a affirmé Brian Pallister.

Témoignage d’un enseignant malade

Plusieurs enseignants militent pour l’enseignement virtuel, dont l’enseignant au Collège Jeanne-Sauvé, Marc Giguère.

Il a attrapé la COVID-19 et se trouve présentement en isolement. Il explique que les symptômes sont apparus lors de la fin de semaine, et qu’il a obtenu un test de dépistage. Pour l’instant, ses symptômes ressemblent à ceux d’une grippe.

Marc Giguère souligne que cela n’a pas uniquement des effets sur lui, mais sur tout son entourage.

Ce n’est pas tout simplement nous les profs qui sont à risque, c'est également les élèves. On le sait qu'avec les variants, que les masques ne sont pas nécessairement suffisants. On parle de mettre une grande majorité de la population à risque.

Même si la province nous dit que la transmission vient de l’extérieur, les conséquences arrivent toujours dans les salles de classe, dans les écoles, affirme Marc Giguère.

Il précise que les protocoles sanitaires au sein de son école étaient respectés. L’école, la division, ont fait du mieux qu’ils peuvent selon les conditions et je n’ai rien à leur reprocher.

Avec les informations de Demia Abraz

Découvrez-vous comment fonctionnent les vaccins contre le SRAS-CoV-2.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !