•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quand les grands-ducs d'Amérique vivent en ville

On trouve 12 espèces de hiboux au Manitoba et il arrive que certains individus choisissent de vivre en pleine ville.

Un hibou apperçu dans un arbre.

Voici un bébé grand-duc âgé d'environ huit semaines, né dans un quartier bordant la rivière Rouge de Winnipeg, où ses parents ont choisi de nicher.

Photo : Radio-Canada / Trevor Lyons

Radio-Canada

Les résidents de Winnipeg sont nombreux à partager leur espace urbain avec ces grands-ducs, d‘imposants hiboux qui ont donné naissance à leur progéniture il y a quelques semaines à peine.

Madeleine Arbez habite dans le quartier Norwood Flats. Il y a quelques semaines, alors qu’elle travaillait jusqu’aux petites heures du matin, un cri ressemblant à celui d’un enfant qui pleurait l’a tirée de sa concentration nocturne.

En regardant dans le jardin, elle a vu un énorme hibou planer, un lapin dans ses serres.

Un hibou apperçu dans un arbre.

Le grand-duc est l’une des 12 espèces de hiboux du Manitoba

Photo : Radio-Canada / Trevor Lyons

Effrayé du cri de surprise qu’a laissé échapper Mme Arbez, le rapace a laissé tomber sa proie, puis s’est perché sur un fil électrique dans la ruelle, à l’affût d’un autre repas.

Il était spectaculaire, on me dit que c’est un grand-duc, affirme Mme Arbez, en commentant la taille imposante des ailes déployées de l’oiseau.

Des bébés encore blancs

Gérante du marketing et du développement à Wildlife Haven, Dominique Leclerc confirme que des grands-ducs nichent dans les arbres de Winnipeg. C’est l’une des 12 espèces de hiboux qu’on trouve au Manitoba, dit-elle.

Les bébés grands-ducs sont souvent confondus avec des harfangs des neiges, en raison de leur couleur blanche, explique-t-elle. La raison pour laquelle ils sont si blancs, c’est parce qu’ils sont encore très jeunes, précise-t-elle.

Des jeunes hiboux dans un arbre.

L’âge de ces hiboux est estimé à huit semaines. Petits, les grands-ducs se tiennent avec leurs frères et sœurs.

Photo : Radio-Canada / Trevor Lyons

Dominique Leclerc ajoute qu’il est normal de voir les jeunes grands-ducs collés les uns aux autres. Ce sont peut-être des frères et des sœurs, souligne-t-elle, en précisant qu’à l’âge de huit semaines environ, ils apprennent à voler et à sortir de leur nid. On les trouve donc souvent perchés sur une branche.

Mais comme ils dépendent encore beaucoup de leurs parents, la mère est probablement très proche d’eux, note-t-elle. Elle vient les nourrir le matin ou en soirée, souligne la spécialiste.

Ne pas nourrir les animaux

Ces jeunes grands-ducs blancs sont plus visibles à l'œil des passants, pour qui les rapaces adultes, camouflés, passent souvent inaperçus. Selon Mme Leclerc, il n’y a donc pas plus de hiboux cette année que les années antérieures.

Les gens en voient plus parce que les gens passent plus de temps à l’extérieur en raison de la pandémie, fait-elle aussi remarquer.

La spécialiste demande aux observateurs de ne jamais intervenir auprès des animaux sauvages, de laisser leur habitat naturel intact et, surtout, de ne jamais les nourrir. Aux curieux qui seraient tentés de s’approcher, elle répond que regarder est permis… de loin.

Les personnes qui trouveraient un animal orphelin ou blessé sont invitées à contacter le refuge Wildlife Haven.

Avec les informations d’Alexia Bille

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !