•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres réductions de services à prévoir pour les blocs opératoires de Val-d'Or et Amos

img1526

L'hôpital de Val-d'Or (archives)

Photo : Radio-Canada / Melanie Picard

Le service obstétrique de Ville-Marie va fermer ses portes dans la nuit de jeudi pour les quatre prochaines semaines, en raison du manque de main-d'œuvre. Le bloc opératoire de l'hôpital de Rouyn-Noranda est déjà en mode réduction de service depuis plusieurs jours. Le CISSS-AT envisage d'autres ruptures de services au bloc opératoire de l'hôpital de Val-d'Or et celui d'Amos, toujours en raison de la main-d'œuvre qui se fait rare.

Le CISSS-AT ne sait pas encore quand les réductions de services auront lieu pour les hôpitaux de Val-d'Or et d'Amos.

La présidente-directrice générale Caroline Roy affirme que la nouvelle sera annoncée au moment voulu.

Une réduction ponctuelle, variable en fonction des ressources disponibles puisqu’effectivement il y a moins d'infirmières disponibles pour les activités des deux blocs opératoires pour les prochaines semaines, dit-elle.

On doit s'assurer d'avoir le moindre impact possible sur les usagers. Donc ça sera variable, on va planifier ça en fonction de ce qui est disponible, de semaine en semaine et pour les usagers, ils vont être appelés, il va y avoir le maintien de certaines chirurgies électives, assure-t-elle.

Caroline Roy reconnaît que même le recours à la main-d'œuvre indépendante, qui a coûté 15 millions de dollars à son organisation cette année, ne suffit pas à éviter cette situation.

C'est pourquoi l'établissement se tourne vers le recrutement international à travers un projet pilote mené avec Recrutement Santé Québec et le ministère de l'Immigration.

L'établissement va tenter de séduire des candidats de la France et de la Belgique à travers des rencontres virtuelles, explique la directrice des ressources humaines, Sylvie Latulippe.

C'est une mission qui est dédiée uniquement à l'Abitibi-Témiscamingue, un projet-pilote, explique la responsable.

Elle précise que c'est un projet-pilote parce qu’habituellement, quand Recrutement Santé Québec s'en va en mission, c'est pour tout le Québec et souvent les régions comme la nôtre sont souvent un petit peu diluées avec le CHUM, McGill, Montréal. Cette association-là, c'est de mettre en valeur la région. On a travaillé avec la Mosaïque, Carrefour jeunesse emploi pour faire cette promotion-là du 11 au 13 mai où il y aura des entrevues de sélection également.

Le centre hospitalier d'Amos.

Le centre hospitalier d'Amos.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

20 entrevues ont déjà été planifiées et l'établissement a dû ajouter une journée supplémentaire pour répondre à la demande.

Caroline Roy affirme que d'autres pays seront ciblés dans cet effort de recrutement.

Et oui, il y en aura d'autres, parce qu'on va être encore dans un défi de main-d'œuvre pour les prochaines années, donc on se doit de recruter davantage partout où il y'a de la francophonie d'abord, parce que la francisation peut être un réel défi, mais on travaille aussi à faire du recrutement où il y aura peut-être un défi de francisation puisqu'on pourra développer ici en région, dit-elle.

Il y a d'autres recrutements qui se font dans d'autres pays, on a même des nouveaux arrivants et du recrutement qui se fait dans la francophonie de l'Afrique. Il y a certaines missions qui sont réalisées, précise Mme Roy.

Actuellement, le CISSS-AT a besoin de recruter plus de 190 infirmières.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !