•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Là où on veut donner la vie » : des mères du Témiscamingue se mobilisent

Émilise Lessard-Therrien et ses deux filles sur une colline, tenant une affiche disant «Témiscamingue, là où on veut donner la vie».

La députée a lancé un mouvement sur les réseaux sociaux jeudi matin.

Photo : Facebook/Émilise Lessard-Therrien

Tanya Neveu

La députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue lance un mouvement de solidarité pour les femmes qui devront accoucher à l’extérieur du Témiscamingue à compter de jeudi soir.

Le service d’obstétrique de l’Hôpital de Ville-Marie sera fermé pour une période de quatre semaines.

Émilise Lessard-Therrien invite les mères témiscamiennes à s’afficher sur Facebook et indiquer, entre autres, le lieu de leur accouchement.

Ce n’est pas juste des numéros. Il y a des histoires derrière chacun des accouchements et on ne veut pas que ça devienne des drames. En ce moment, c’est à ça que nous expose le gouvernement, de demander à des femmes en travail de rouler une heure et demie, des fois plus si on vient du secteur sud ou du secteur est du Témiscamingue. C’est plus qu’une heure et demie, dénonce la députée solidaire.

Depuis jeudi matin, des dizaines femmes ont publié des images d’elles, de leurs enfants. Certaines affirment avoir été contraintes d’accoucher à l’extérieur du Témiscamingue par le passé. D’autres, enceintes, dénoncent le fait qu’elles devront accoucher à Rouyn-Noranda dans les prochains jours.

Mélina Brault tient une affiche «Témiscamingue, là où on veut donner la vie».

Mélina Brault fait partie des femmes qui devront accoucher à Rouyn-Noranda au cours des prochaines semaines.

Photo : Facebook/Mélina Brault

Mélina Brault en fait partie. Je fais partie de celles qui devront parcourir 1 h 30 de route ou plus afin d’aller donner la vie à mon premier bébé. Vivre une première grossesse occasionne plusieurs questionnements et inquiétudes. Apprendre que je vais peut-être devoir endurer les contractions en voiture, voyager des kilomètres en ambulance, parcourir des villages sans réseau, prévoir un séjour dans une chambre d’hôtel avant mon accouchement, c’est inconcevable, écrit-elle sur Facebook.

La députée solidaire a voulu porter un message fort en transformant le slogan promotionnel du Témiscamingue : Là où l’on vit par Là où on veut donner la vie.

Émilise Lessard-Therrien craint que la rupture de services en obstétrique soit de plus longue durée.

Je trouve ça inquiétant pour notre territoire et je pense que c’est important que les gens prennent conscience de l’importance de pouvoir mettre au monde au Témiscamingue. C’est un service pour lequel on s’est battus par le passé pour avoir de services de proximité au Témiscamingue, de bons services de santé. On est en train de perdre nos acquis parce qu’il y a une crise de main-d’œuvre dans le réseau de la santé, déplore-t-elle.

Un montage photo.

Roxane Savignac a eu la chance d'accoucher à l'Hôpital de Ville-Marie le 22 novembre 2020.

Photo : Facebook/Roxane Savignac

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue affirme que huit femmes sont touchées par la découverture en obstétrique à Ville-Marie. Elles devront accoucher à Rouyn-Noranda, puisque le corridor de service avec New Liskeard n’est pas possible en contexte de pandémie.

La PDG du CISSS-AT, Caroline Roy, rappelle qu’il faut un nombre suffisant d’employés qualifiés pour maintenir le service d’obstétrique à Ville-Marie. Elle ajoute que du renfort devrait arriver dans les prochaines semaines.

Dès maintenant, à partir du moment où on aura un nombre suffisant pour être capable de qualifier et de former de la main d’œuvre en obstétrique, on s’assure de le faire. Ce qu’on sait dans les prochaines semaines, c'est qu’on espère bien recevoir de nouveau une main-d’œuvre indépendante qualifiée en obstétrique, assure-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !