•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des médecins à la retraite payés 125 $ de l’heure pour vacciner

Le gouvernement du Québec ne permet pas de faire du bénévolat pour administrer les vaccins.

Gros plan sur l'injection d'un vaccin dans un bras par une personne aux mains gantées.

Malgré leur expérience, les médecins à la retraite doivent quand même recevoir une formation rémunérée d'une durée de trois heures, au même taux horaire.

Photo : Reuters / Fabrizio Bensch

Après quelques mois de retraite de la médecine, Gilles Bourgeois a voulu donner de son temps bénévolement pour contribuer à la campagne de vaccination contre la COVID-19. Mais le CISSS de Lanaudière lui a expliqué qu’il allait plutôt être rémunéré 125 $ l'heure pour vacciner.

Je ne m’attendais pas à être payé. J’ai été très surpris, dit celui qui pratique des injections dans une clinique de Joliette.

La Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) confirme que le taux horaire est bel et bien de 125 $ pour les médecins encore inscrits au tableau de leur ordre professionnel, qu’ils soient actifs ou inactifs.

Plus de 2000 médecins à la retraite sont encore inscrits au tableau de l'ordre, selon le Collège des médecins.

Malgré leur expérience, les médecins doivent quand même recevoir une formation rémunérée d'une durée de trois heures, au même taux horaire.

Nous avons demandé au ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) pourquoi il n’est pas possible de devenir vaccinateur bénévole.

Les obligations soulevées découlent du droit du travail ou des conventions collectives du réseau, explique le porte-parole du MSSS, Robert Maranda.

Le bénévolat n’est pas non plus permis pour les infirmières actives ou retraitées. Elles reçoivent une rémunération selon leur titre d’emploi et leur expérience.

Par exemple, une infirmière auxiliaire à la retraite peut toucher un maximum de 30 $ l'heure et devra verser des cotisations syndicales.

Le bénévolat n’est permis que pour des tâches qui ne sont normalement pas assumées par le personnel salarié.

Une citation de :Robert Maranda, porte-parole du ministère de la Santé du Québec

Il est par exemple possible de donner de son temps pour l’accueil des gens, l’aide à remplir le formulaire de consentement ou encore la vigilance postvaccinale.

37 $ de l’heure pour les médecins qui ne sont plus inscrits à l’ordre

Dans le cadre de la pandémie, un arrêté ministériel permet à tout titulaire d’un diplôme de docteur en médecine de devenir vaccinateur. Les personnes dans ce cas sont rémunérées 37 $ de l’heure, selon une entente survenue entre la FMOQ et le MSSS.

Qu’on me paie égal aux autres.

Une citation de :Gilles Bourgeois, médecin retraité et vaccinateur

S’il doit absolument être payé, Gilles Bourgeois préférerait avoir un montant symbolique, d’égalité avec les autres travailleurs.

C’est ce qu’a réussi à obtenir une autre médecin retraitée qui a demandé qu’on taise son nom pour ne pas se mettre à dos ses collègues.

Après avoir insisté, elle sera payée 33 $ de l’heure plutôt que 125 $, même si elle est encore inscrite au tableau de l’ordre.

À travail égal, salaire égal, dit celle qui aurait préféré agir comme bénévole.

Lorsqu’elle aura payé ses impôts, cette médecin reversera sa paie à un organisme de bienfaisance.

Gilles Bourgeois y pense aussi. Je vais décider de ce que je vais faire avec ce montant-là, dont je n’ai pas besoin, dit-il.

Il n’y a personne qui fait ça pour retirer un intérêt pécuniaire, dit le porte-parole de la FMOQ, Jean-Pierre Dion. Ce dernier explique que 125 $ l'heure correspond au taux horaire d’un médecin de CLSC.

La Fédération des médecins spécialistes craint l’exagération

Vincent Oliva, directeur de l’Association des radiologistes du Québec.

Vincent Oliva, président de la FMSQ

Photo : Radio-Canada

Jeudi, le nouveau président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), Vincent Oliva, a écrit à ses associations membres pour les avertir au sujet de la participation à la vaccination.

Il est de notre devoir [....] de mettre nos membres en garde contre toute exagération qui pourrait découler de la facturation de ce service.

Une citation de :Vincent Oliva, président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec

La FMSQ demande à ses membres de concentrer leurs efforts sur l’offre de soins spécialisés, déjà très retardée par la pandémie et le délestage.

Si les médecins spécialistes veulent quand même participer à la campagne de vaccination, la Fédération leur recommande de le faire en dehors de leurs heures habituelles de pratique et de manière bénévole, sans rémunération ni compensation.

Lorsque nous avons souligné à la FMSQ qu’il est impossible de vacciner comme bénévole, on nous a répondu : Le fait que ce ne soit pas possible ne nous concerne pas.

Dans sa lettre, le président de la FMSQ précise d’ailleurs que le bénévolat n’est pas une directive de sa part.

Chacun des médecins spécialistes doit pouvoir avoir une liberté de facturer le service comme il est prévu au manuel tarifaire, écrit-il.

Scandale en France : 4500 $ pour un week-end de vaccination

Des médecins payés à l’acte pour vacciner à la chaîne dans des cliniques ont créé un scandale en France plus tôt ce mois-ci. Même si tout est légal, les sommes importantes empochées ont créé un malaise (Nouvelle fenêtre) dans le corps médical et parmi les autres professionnels de la santé appelés à vacciner à leurs côtés.

Le ministère de la Santé du Québec n’a pas été en mesure de nous dire combien de médecins ont été recrutés par la plateforme Je contribue afin de participer à l’effort de vaccination.

De nombreux médecins ont levé la main pour le faire, affirme le porte-parole de la Fédération des omnipraticiens.

En janvier, à la demande du gouvernement, la FMOQ a fait appel aux retraités pour qu’ils contribuent à la campagne de vaccination contre la COVID-19.

Le Québec peut compter sur 12 000 vaccinateurs, parmi lesquels différents corps de métiers, dont des vétérinaires ou des hygiénistes dentaires.

Mais le gouvernement voudrait encore plus de renfort, surtout avec les vacances d’été à l’horizon. Je pense qu'on prendrait toutes les personnes qui veulent s'inscrire encore, a dit le ministre de la Santé, Christian Dubé, jeudi. On n'aura jamais trop de monde pour venir nous aider.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !