•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les enseignants du Manitoba pourront être vaccinés au Dakota du Nord

Une femme de dos, le bras découvert, reçoit un vaccin.

Les enseignants du Manitoba pourront se faire vacciner au Dakota du Nord.

Photo : Reuters / Cheney Orr

Radio-Canada

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, a annoncé jeudi que les enseignants et tous les travailleurs de l’éducation pourront être vaccinés au Dakota du Nord.

Les enseignants et les travailleurs du secteur de l’éducation s’ajoutent ainsi aux camionneurs, admissibles à la vaccination au Dakota du Nord depuis la semaine dernière.

Les détails de cette initiative, a dit le premier ministre lors d'une conférence de presse, seront connus au début de la semaine prochaine.

Notre but ici est clair, nous voulons que les écoles restent ouvertes, nos enfants apprennent le mieux quand ils sont à l’école, mais cet environnement doit être aussi sécuritaire que possible, a-t-il affirmé.

Bien que les détails restent à déterminer, Brian Pallister a pu affirmer que l’obligation d’isolement pendant deux semaines au retour des États-Unis ne s’appliquera pas aux enseignants qui traverseront la frontière pour se faire vacciner et qui pourront donc retourner auprès de leurs élèves immédiatement.

Le premier ministre a aussi indiqué que la province et le gouverneur du Dakota du Nord, Doug Burgum, envisagent d’ajouter un point d’accès sur l’autoroute 10 pour la vaccination des enseignants, en plus de l’accès par Emerson.

En réponse à la question d’un journaliste portant sur la logistique de cette vaccination, le premier ministre a indiqué qu’il demandera le point de vue du syndicat des enseignants, la Manitoba Teacher’s Society, à ce sujet, et qu’il voulait aussi s’assurer que le processus de la vaccination soit le plus efficace possible.

Le gouverneur Burgum et moi-même prévoyons qu’il sera possible de se faire vacciner durant la fin de semaine, car, de toute évidence, cela réduira la nécessité pour les enseignants de prendre congé de leurs élèves. Je pense que c’est ce que la majorité des enseignants préféreront, a-t-il déclaré.

Brian Pallister a répété que cette nouvelle initiative fait partie de sa réponse aux pressions des enseignants, qui demandent à la province l’imposition du code rouge pour les écoles de Winnipeg.

Je ne veux pas exagérer et présenter cela comme la seule solution, c’est loin d’être le cas, mais cela représente un réel ajout à l’offre vaccinale, a conclu le premier ministre.

Découvrez-vous comment fonctionnent les vaccins contre le SRAS-CoV-2.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !