•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Shawinigan demande la mise en faillite d’Arctic Béluga

Un bâtiment en ruines.

Les terrains de l'ancienne usine papetière Belgo

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Radio-Canada

Exaspérée par les nombreuses requêtes restées lettre morte et par la dette de plus de 500 000 $ en taxes impayées, la Ville de Shawinigan a formulé une demande au tribunal pour que soit mise en faillite la compagnie Arctic Béluga.

Les démêlés avec cette entreprise s’accumulent, notamment pour son inaction dans le dossier de la prise en charge du terrain de l’ancienne Belgo. Sans nouvelles depuis sept ans, le maire Michel Angers dit n’avoir eu d’autre choix que d’envisager la méthode forte sans toutefois se faire d'illusions sur la possibilité de récupérer les sommes impayées.

La comédie aura assez duré. Nous, on va procéder pour s’assurer que, si la compagnie a des biens quelque part, qu’elle paie, sinon qu’elle fasse faillite.

Une citation de :Michel Angers, maire de Shawinigan

L'entreprise avait jusqu’au 28 avril pour présenter une requête pour contrer la demande de la Ville. Fidèle à son habitude, Arctic Béluga n’a fourni aucune réponse au tribunal. Un juge devrait se prononcer sur le dossier pour ordonner la faillite dès le 5 mai prochain.

Le premier magistrat est bien conscient que la Ville ne récupérera pas les sommes impayées, puisque des ministères provinciaux auront priorité. Ils ont dû débourser des sommes importantes, notamment pour la décontamination du terrain de l’ancienne Belgo, abandonné par Arctic Béluga.

C’est une question de transparence avec les citoyens. Il faut que les gens sachent que cette compagnie n’a fait que prendre le métal qui se trouvait sur place pour le revendre et qu’elle ne paiera jamais ses factures, relate Michel Angers.

Au terme du processus, le maire espère que la Ville pourra récupérer le terrain de l’ancienne Belgo pour le mettre en valeur de belle façon, comme elle l’a fait avec le terrain de l’ancienne papetière du secteur Grand-Mère.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !