•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La poésie habitée par le nord de la Franco-ontarienne Véronique Sylvain

Véronique Sylvain assise sur un banc de parc en train de lire son recueil de poésie « Premier quart ».

L'auteure franco-ontarienne Véronique Sylvain accumule les prix pour son recueil de poésie « Premier Quart ».

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La poète Véronique Sylvain cumule les prix littéraires depuis la parution de son premier recueil de poésie, Premier quart, à l’automne 2019. Ces honneurs, l’Ottavienne d’adoption les enracine dans les paysages du nord de la province où elle est née et dans son identité franco-ontarienne, « redécouverte » lors de ses études à l’Université Laurentienne.

Après avoir été couronné du prestigieux Prix de poésie Trillium et avoir remporté un Prix du livre de la Ville d’Ottawa au cours de la dernière année, Premier quart a plus récemment permis à Véronique Sylvain de décrocher le Prix Champlain 2021, volet adulte.

Originaire de Kapuskasing, la poète a notamment étudié en littérature à Sudbury, une période déterminante dans son parcours.

C’est vraiment grâce à l’Université Laurentienne que je me suis peut-être redécouverte en tant que francophone. C’est-à-dire, je suis francophone, mais je ne me rendais pas compte que j’étais franco-ontarienne, indique-t-elle.

Premier quart, dont elle a porté en elle certains des poèmes pendant une dizaine d’années avant de les rassembler dans son recueil, fait d’ailleurs écho aux artistes franco-ontariens qui l’ont précédée et l’accompagnent toujours : Michel Dallaire, Robert Yergeau, Robert Dickson et CANO, entre autres.

Par ses mots, Véronique Sylvain rend hommage aux épinettes silencieuses longeant la route 17 entre Sudbury et Ottawa, ainsi qu’aux hommes et femmes ayant défriché le territoire (y compris sous terre). Elle témoigne aussi de la réalité quotidienne de flirter avec l’anglais et incarne la résilience des Franco-Ontariens, telle la folle / avoine, / résistante / aux intempéries.

De la poésie primée de l'auteure Véronique Sylvain

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !