•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Amaigri, mais combatif, Navalny comparaît devant un tribunal de Moscou

Deux écrans montrant un homme au crâne rasé en survêtement.

Alexeï Navalny a comparu par vidéoconférence.

Photo : Reuters

Reuters

L'opposant russe Alexeï Navalny est apparu jeudi amaigri et visiblement épuisé, mais combatif, alors qu'il comparaissait par vidéo interposée à une audience lors de laquelle il a une nouvelle fois dénoncé le système judiciaire de son pays.

Lors de cette première apparition depuis qu'il a cessé le 23 avril une grève de la faim de trois semaines, Alexeï Navalny, le crâne rasé, a précisé qu'il avait été conduit aux bains afin d'être présentable. Il a défait son uniforme de prisonnier, révélant un tee-shirt cachant à peine son torse amaigri.

Je me suis regardé dans le miroir. Évidemment, je suis juste un squelette effrayant, a-t-il déclaré, en ajoutant qu'il pesait désormais 72 kilos.

Alexeï Navalny, 44 ans, qui comparaissait en appel, a réfuté les accusations selon lesquelles il avait insulté un ancien combattant de la Seconde Guerre mondiale et est reparti à l'attaque contre Vladimir Poutine et le système judiciaire russe.

Des gens avec des masques sur le visage regardent leurs téléphones portables dans une salle d'audience. Des écrans montrent Alexeï Navalny.

Bien que l'accusé ait comparu par vidéoconférence, ses proches ont pu assister à l'audience en présentiel.

Photo : Reuters

Je veux dire à la cour que votre roi est nu, a dit Navalny en faisant référence au président russe. Des millions de gens sont déjà en train de le crier, parce que c'est une évidence. [...] Sa couronne est [...] en train de tomber.

Il a également réitéré ses accusations de corruption, que le Kremlin dément. Votre roi nu et voleur veut continuer à régner jusqu'au bout [...]. Encore dix ans à venir, une nouvelle décennie volée à venir.

Le tribunal de Moscou a fixé au 17 mai la date d'une nouvelle audience pour l'opposant, revenu en Russie au début de l'année après avoir été soigné pendant cinq mois en Allemagne des conséquences d'un empoisonnement qu'il impute aux services secrets de Moscou.

Après des semaines d'intenses pressions politiques, l'opposant et ses proches ont annoncé ce jeudi le démantèlement de son réseau de bureaux politiques régionaux, que la justice russe songe à qualifier d'extrémiste.

Un travailleur peint par-dessus une murale pro-Navalny en Russie.

Quelques heures avant sa comparution, les autorités russes faisaient disparaître une murale qualifiant Alexeï Navalny de héros à Saint-Pétersbourg.

Photo : Reuters / Antov Vaganov

Une telle qualification donnerait aux autorités les fondements juridiques dont elles ont besoin pour condamner les militants du mouvement de Navalny à des peines de prison et pour geler leurs comptes bancaires.

Maintenir en l'état le travail du réseau de Navalny est impossible, cela aboutirait immédiatement à des condamnations pénales pour ceux qui travaillent dans ces bureaux, ceux qui collaborent avec eux et ceux qui les aident, a déclaré Leonid Volkov, un des plus proches alliés de l'opposant, dans une vidéo diffusée sur YouTube.

Désormais, les bureaux en question s'efforceront de poursuivre leurs activités indépendamment les uns des autres.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !