•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quatre Franco-Albertains dans la WHL, quatre histoires d'ambition

Les photos officielles des quatre joueurs.

Marc Lajoie. Devin Aubin, Raphael Pelletier et Jacob Boucher, quatre Franco-Albertains qui jouent dans la WHL.

Photo : WHL

Au moins quatre Franco-Albertains sont membres d’une équipe de la Ligue de hockey junior de l’Ouest (WHL). Ils rêvent tous de pouvoir devenir professionnels dans la pratique du sport qui les passionne, mais ont tous vécu des histoires et des défis différents cette saison.

Des quatre hockeyeurs, Jacob Boucher est le seul qui n’a pas eu à quitter l’Alberta pour disputer les 24 matchs du mini calendrier.

L’attaquant de 19 ans devait disputer sa première saison complète l’an passé avec les Hurricanes de Lethbridge, mais une blessure survenue lors du deuxième match l’a tenue à l’écart du jeu jusqu’à ce que la ligue annonce la fin de ses activités en raison de la pandémie de COVID-19.

C’est complètement remis de sa blessure qu’il s’est présenté au camp de l’équipe en janvier. Lors du deuxième affrontement de la saison, il a inscrit deux mentions d’aide, mais il a été blanchi de la feuille de pointage par la suite.

Photo officielle de Jacob Boucher.

Jacob Boucher, attaquant des Hurricanes de Lethbridge.

Photo : WHL

Même s’il est en bonne santé, Jacob n’a disputé que 12 des 20 matchs des siens jusqu’à maintenant.

Sur le plan personnel, ça va comme ci, comme ça. C’est certain que j’aimerais ça produire plus, mais il y a un peu de malchance, affirme le joueur de Legal, au nord d’Edmonton.

Cette année, c’était une année où l’équipe voulait développer les plus jeunes joueurs et je pense qu’on a surpris bien du monde, notamment en battant les Oil Kings.

La division Centrale est composée des cinq équipes albertaines. Chaque semaine, deux équipes s’affrontent à deux ou trois reprises, en voyageant d’une ville à l’autre après chaque rencontre, afin d’éviter de passer des nuits à l’hôtel.

Trois matchs en trois jours c’est vraiment difficile, surtout quand il faut voyager jusqu’à Edmonton, mais on est content de jouer alors on ne peut pas se plaindre.

Une citation de :Jacob Boucher, Hurricanes de Lethbridge

De la visibilité pour Marc Lajoie

La division Américaine est la seule autre division où les matchs ne sont pas joués dans un environnement protégé.

Comme en Alberta, les équipes américaines (quatre dans l'État de Washington et une en Orégon) voyagent, mais ne sont pas limitées à un seul adversaire par semaine.

Jusqu’à 400 personnes peuvent être dans le Centre Toyota, le domicile des Americans à Kennewick, lors des matchs. L’équipe peut donc accueillir certains partisans lors de ses matchs à domicile.

Photo officielle de Marc Lajoie.

Marc Lajoie, défenseur avec les Americans de Tri-City.

Photo : WHL

C’est bien d’avoir quelques spectateurs, ça rend les choses un peu plus normales, affirme le défenseur originaire de Saint-Albert, Marc Lajoie.

Les spectateurs n’ont pas accès aux autres amphithéâtres de la ligue, mais les recruteurs de la Ligue nationale de hockey (LNH) eux, sont les bienvenus partout.

Cela signifie que peu importe où il joue, le grand défenseur est observé par des membres du personnel d’équipes de la LNH qui préparent le prochain repêchage amateur.

Après une première saison où il a inscrit 13 points en 63 parties, Marc Lajoie a été qualifié d’espoir de catégorie C par la centrale de recrutement de la LNH.

Cela signifie qu’on croit qu’il a le potentiel pour être sélectionné entre le troisième et le sixième tour du repêchage.

De la façon dont il joue cette saison, il pourrait déjà avoir amélioré son rang au classement des meilleurs espoirs.

Je me sens vraiment bien, je joue beaucoup de minutes, je joue contre les meilleurs joueurs des autres équipes, alors je suis vraiment content de ma saison.

Une citation de :Marc Lajoie, Americans de Tri-City

Même s’il n’a amassé que deux points en 13 rencontres cette saison, le défenseur de 195 cm (6 pieds, 5 pouces) dit qu’il connaît une bien meilleure saison que l’an passé et il est heureux que des recruteurs puissent le constater de leurs yeux.

Je me suis beaucoup amélioré depuis l’année passée, alors c’est bon de pouvoir jouer des matchs, explique-t-il.

Des points et des poings

Raphaël Pelletier de Legal et Devin Aubin de Falher, dans le nord-ouest de la province, sont des coéquipiers au sein des Broncos de Swift Current.

Les deux joueurs ont passé huit semaines à Regina dans un environnement protégé en compagnie des quatre autres équipes de la Saskatchewan et des deux équipes du Manitoba.

C’est bien d’être dans une bulle, on n’a pas besoin de faire de longs voyages en autobus. L’année passée, on devait faire des voyages de sept ou huit heures, ça ne nous manque pas.

Une citation de :Raphaël Pelletier, Broncos de Swift Current
Photo officielle de Raphaël Pelletier.

Raphaël Pelletier, attaquant des Broncos de Swift Current.

Photo : WHL

Raphaël a bien amorcé sa deuxième saison dans la WHL avec une récolte de six points en sept matchs avant de subir une blessure au genou.

Après son retour il n’a ajouté que trois points en huit rencontres, ce qui lui permet tout de même de terminer à égalité au septième rang des marqueurs de l’équipe.

Devin Aubin a été laissé de côté lors des trois premières parties des siens, mais une fois dans la formation, il n’a plus raté un seul match. Le défenseur de 18 ans fait partie de la douzaine de joueurs qui disputait une première saison dans le circuit junior majeur.

J’avais hâte de jouer et ça ne me dérangeait pas de voir que le calendrier n’était que de 24 parties.

Une citation de :Devin Aubin, Broncos de Swift Current

Surtout reconnu pour son jeu défensif, le défenseur de 173 cm (5 pieds, 8 pouces) a inscrit un but et récolté trois aides.

Photo officielle de Devin Aubin.

Devin Aubin, défenseur avec les Broncos de Swift Current.

Photo : WHL

Malgré sa petite taille, il pratique un style de jeu robuste, ce qui l’a amené à livrer deux combats lors de la saison. J’ai frappé un joueur et un de ses coéquipiers n’a pas aimé ça, il m’a demandé de me battre avec lui, j’ai accepté, raconte-t-il avec un sourire.

Les Broncos ont terminé au dernier rang de la division Est avec un dossier de 6-16-1. Les deux coéquipiers sont convaincus que la saison prochaine, l’équipe connaîtra plus de succès, compte tenu de l’expérience acquise cette saison par tous les jeunes joueurs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !