•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La qualification olympique de Mathieu Bilodeau entre les mains de la Santé publique

Le Canadien Mathieu Bilodeau à l'épreuve de marche 50 km à Rio

Le Canadien Mathieu Bilodeau à l'épreuve de marche 50 km à Rio.

Photo : Getty Images / Bryn Lennon

Pandémie oblige, l’équipe canadienne de marche olympique fera finalement l’impasse sur la Coupe panaméricaine prévue en Équateur, la semaine prochaine. C’est donc dire que la qualification olympique du marcheur Mathieu Bilodeau dépendra probablement de la tenue ou non des championnats canadiens.

Lui qui avait participé aux Jeux de Rio, en 2016, Bilodeau voguait confortablement vers ses deuxièmes Jeux olympiques, il y a un an.

Les 60 meilleurs marcheurs au monde obtiennent leur billet pour Tokyo et, fort d’une 13e place aux Mondiaux 2019, l’athlète de 37 ans pointait au 41e rang mondial avant le début de la pandémie.

Les restrictions concernant les voyages ont toutefois empêché le spécialiste du 50 km de participer à des compétitions à l’international, cet hiver.

C’est ma 4e ou 5e préparation pour une compétition qui me glisse entre les mains. C’est un peu décevant, c’est sûr, a reconnu ce dernier, mercredi, après l’annonce du retrait de l’équipe canadienne de la Coupe panaméricaine.

La compétition était pratiquement la dernière chance de Mathieu Bilodeau d’inscrire des points pour sa qualification olympique avant la date limite du 30 mai. En tenant compte de la limite de trois marcheurs par pays, l'athlète de Québec pointe maintenant au 56ee rang pour Tokyo. Il a bien peur de perdre sa place dans les 60 premiers après la tenue des championnats d’Europe, le 16 mai.

Les championnats canadiens, le plan A

C’est dur. Là, tout dépend de la Santé publique, lance l’Olympien de Québec. C’est qu’en remportant les championnats canadiens, Bilodeau obtiendrait des points bonus au classement mondial. Et la Santé publique doit encore trancher sur la possible tenue des championnats canadiens, le 23 mai.

Si la Santé publique me permet de faire les championnats canadiens ici à Québec et que je gagne, c’est sûr à 100 % que je vais à Tokyo, explique Bilodeau, dont l'entraîneur Félix-Antoine Lapointe organiserait la compétition sur le campus de l’Université Laval.

En somme, le marcheur ne contrôle plus vraiment sa destinée. On a encore des plans A, B, C, D. Ça me permet de rester motivé même si, aujourd’hui, ça me tente un peu moins d’aller m’entraîner, précise-t-il toutefois.

S’il réussit à signer un chrono de moins de 3 h 50 au 50 km, il obtiendra automatiquement son billet pour les Jeux. Sinon, il pourrait toujours tenter de se qualifier à l’épreuve de 20 km.

Ce n’est pas ma spécialité, mais au lieu de lâcher, je vais peut-être m’essayer.

Avec les informations de Jean-Philippe Martin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !