•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En 1996, les Jets ne voulaient pas quitter Winnipeg

Gros plan sur des partisans.

Les partisans des Jets sont restés longtemps dans l'aréna de Winnipeg avant de se décider à partir, le 28 avril 1996.

Photo : Radio-Canada / archives

Radio-Canada

Il y a 25 ans, le 28 avril 1996, les Jets disputaient leur dernier match à Winnipeg avant que la franchise ne s'installe en Arizona.

Ce soir-là, après avoir perdu 4-1 contre les Red Wings de Detroit, les Jets ont été éliminés au sixième match de la première ronde des séries éliminatoires. Mais ils ont tout de même conclu ce chapitre de leur histoire sous les applaudissements nourris de leurs partisans.

Si l'économie du sport indiquait que Winnipeg n’était plus un marché rentable, l’équipe ne souhaitait pas nécessairement quitter la capitale manitobaine.

Un billet pour le dernier match des Jets à Winnipeg le 28 avril 1996.

Un billet pour le dernier match des Jets à Winnipeg le 28 avril 1996.

Photo : Twitter\Meredith Steed

Après cette ultime partie, dans le vestiaire des joueurs, Kris King a ainsi déclaré : Les fans ont tenu bon et sont restés derrière nous. Ils ont montré pourquoi ils sont les meilleurs partisans de la ligue.

Une fois la partie terminée, les joueurs ont mis du temps à quitter la patinoire, ce 28 avril, absorbant les acclamations de la foule et lui faisant leurs adieux d’un geste de la main.

Le journaliste de CBC Mark Lee a couvert cette partie. Il se souvient que, une fois dans le vestiaire, les joueurs ont dû faire face à cette réalité : c’est là qu’ils quittaient Winnipeg.

Autour de lui, alors que d'autres joueurs sortaient de la douche, se rasaient et s’habillaient, Keith Tkachuck avait toujours ses jambières. Ça va nous manquer, avait-il dit. Évidemment, ça nous fait mal de ne pas nous être rendus plus loin dans les séries, mais je suis heureux d’avoir joué ma dernière partie ici.

Le président de l’équipe, Barry Shenkarow, était aussi présent dans le vestiaire. Visiblement secoué, il déambulait dans la pièce comme dans un état second. C’est fini, disait-il. C’est tout.

Avec des spectateurs en baisse et un taux de change défavorable alors que le salaire des joueurs leur était versé en dollars américains, l’époque n’était pas facile pour les plus petits marchés qui tentaient de survivre.

J’ai de la peine pour les jeunes partisans qui ne comprennent pas pourquoi leur équipe part, et quel est le rôle que jouent les affaires, la location des loges et les revenus de télévision dans ce départ, déclarait alors le joueur de centre Eddie Olczyk, qui est depuis devenu un commentateur de hockey à la chaîne NBC.

Le lendemain de ce match tristement historique, Mark Lee résumait de cette façon l’état d’esprit de tous : Hier après-midi, après les exclamations, il n’y avait plus que de la résignation.

Des billets pour un match des Jets de Winnipeg

Un partisan exhibe ses billets pour un match de l'équipe de la Ligue nationale hockey des Jets de Winnipeg. Les abonnements pour les matchs ont disparu en 17 minutes lors de leur mise en vente en juin 2011 et les gradins de l'aréna MTS Centre ont été remplis du premier match pré-saison jusqu'au dernier match de la saison régulière.

Photo : Radio-Canada

Quinze ans plus tard, les partisans des Jets avaient cependant de quoi se réjouir à nouveau : leur rêve de revoir leur équipe de hockey devenait réalité. La Ligue nationale de hockey était de retour dans la capitale manitobaine.

Des partisans des Jets vétus de blanc

Près de 10 000 personnes ont participé à ce rassemblement extérieur pour encourager les Jets lors des séries éliminatoires en 2019.

Photo : Radio-Canada / Julien Sahuquillo

La franchise d’Atlanta a été achetée par de nouveaux propriétaires winnipégois et ils lui ont donné le seul nom possible, celui des Jets. Cette équipe a eu droit à un tout nouvel amphithéâtre construit en plein centre-ville. Elle y a commencé sa première saison en 2011-2012.

Avec des informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !