•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vancouver veut remplacer des pelouses par des herbes sauvages

Une abeille dans un champ de fleurs.

Le projet vise à augmenter le nombre de microbes au sol pour améliorer la santé des arbres.

Photo : Radio-Canada / David Horemans

Radio-Canada

La commission des parcs de Vancouver veut transformer des espaces recouverts de pelouse en prairies d'herbes sauvages et de plantes à fleurs indigènes pour attirer les abeilles, les papillons et les oiseaux.

Le projet-pilote cible 37 hectares de terrain dans des parcs, notamment ceux de David Lam et Jericho, ainsi que des terrains de golf et des boulevards.

Les pratiques de gestion des pelouses sont responsables de la diminution de la diversité des invertébrés et de la flore, qui fournit un habitat de nidification et des sources de nourriture essentielles aux oiseaux, soutient le commissaire Dave Demers.

Des affiches seront installées près des nouveaux espaces pour sensibiliser la population et encourager leur exploration sécuritaire sur les sentiers.

Une carte indique les endroits désignés pour devenir des espaces gérés naturellement.

Les endroits désignés pour devenir des espaces gérés naturellement incluent des parcs et des terrains de golf.

Photo : Commission des parcs de Vancouver

L’apiculture urbaine est de plus en plus populaire, dit la directrice du jardin de Hives for Humanity, Paula Cruise. Il importe d'avoir des zones où les abeilles peuvent facilement trouver du pollen et du nectar, croit-elle.

Des prairies fleuries relieront la population des abeilles urbaines à la nature, et permettront d’améliorer leur conservation, se réjouit-elle.

La Ville de Vancouver compte plus de 230 parcs couvrant environ 11 % de sa masse continentale.

Le projet vise à augmenter le nombre de microbes au sol pour améliorer la santé des arbres et ainsi créer des environnements capables de mieux gérer les changements climatiques.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !