•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le triomphe de Chloé Zhao aux Oscars censuré en Chine

Ses propos tenus dans une entrevue en 2013 où elle semblait critiquer le régime seraient en cause.

Chloé Zhao tient sa statuette haut dans les mains, près de son visage.

La réalisatrice Chloé Zhao a vu son film «Nomadland» être sacré meilleur film et a été couronnée meilleure réalisatrice à la 93e cérémonie des Oscars.

Photo : Getty Images

Radio-Canada

La réalisatrice chinoise Chloé Zhao et son film Nomadland ont raflé les plus prestigieuses récompenses à la cérémonie des Oscars, dimanche dernier, mais cette victoire éclatante a été largement occultée dans les médias de son pays d’origine, et même censurée sur les réseaux sociaux.

Il s’agissait pourtant d’un exploit de taille. Née en Chine, Chloé Zhao est la première réalisatrice non blanche à recevoir le prix de la meilleure réalisation, et son film a remporté la distinction suprême : l’Oscar du meilleur film.

Pourtant, la plupart des médias d’État, qui ont l’habitude de célébrer sans retenue les exploits de ses citoyens et citoyennes, sont demeurés muets. Aucune mention des prix de Chloé Zhao par l’agence Xinhua ou le réseau CCTV, les deux plus grandes organisations médiatiques contrôlées par le gouvernement.

Chloé Zhao est en défaveur auprès du pouvoir chinois depuis qu’une entrevue de 2013, où elle a tenu des propos semblant critiquer le régime, a refait surface, en mars dernier. Elle y faisait référence à son pays d’origine comme d’un endroit où il y a des mensonges partout.

Nomadland devait faire son arrivée sur les écrans chinois le 23 avril, mais le film avait discrètement été retiré de la programmation des cinémas après la tempête nationaliste soulevée par les propos de la réalisatrice.

Après les Oscars, sur les réseaux sociaux chinois dont le très populaire Weibo, les censeurs du gouvernement ont fait retirer des messages célébrant le succès éclatant de leur compatriote à l’étranger et ont bloqué des mots-clics y faisant référence.

Les internautes qui faisaient une requête de recherche comprenant les mots Nomadland ou Zhao Ting (le nom chinois de la réalisatrice) sur l’application Douban, populaire auprès des adeptes de cinéma, trouvaient la mention suivante : Les résultats de recherche ne peuvent pas être affichés, conformément aux lois et politiques applicables.

Contourner la censure pour souligner l’exploit

Si certaines pages informatives au sujet de Chloé Zhao et de son film demeurent accessibles sur les réseaux sociaux et le web, plusieurs discussions entre utilisateurs et utilisatrices à son sujet ont été effacées.

Malgré tout, un bon nombre d’internautes, de blogueurs et de blogueuses ont eu vent de la nouvelle et l’ont célébrée sur leurs comptes personnels, félicitant notamment la réalisatrice pour l’ouverture de son discours de remerciement, où elle a cité un célèbre poème chinois en mandarin.

D’autres ont usé de subterfuges multiples, en utilisant par exemple des mots-clés cryptés, pour souligner les récompenses reçues par leur compatriote. Plusieurs se désolaient de ne pas pouvoir voir le film.

Interrogé par des médias américains, le ministère des Affaires étrangères chinois a refusé de commenter la nouvelle, arguant qu’il ne s’agissait pas d’un sujet de nature diplomatique.

Avec les informations de Associated Press, et Variety

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !