•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La moitié des 204 cas actifs au Saguenay-Lac-Saint-Jean sont des variants

Un homme se fait vacciner.

Jusqu'à maintenant, 103 065 doses de vaccins ont été administrées au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Exactement 50 % des cas actifs de COVID-19 au Saguenay-Lac-Saint-Jean sont des variants de type britannique, avec 102 des 204 recensés.

Lors d’une conférence de presse tenue mercredi après-midi, le directeur régional de la santé publique, le Dr Donald Aubin, s’est à nouveau montré inquiet en raison du fait que la courbe de progression demeure stable dans la région. Il a rappelé que la moyenne de cas enregistrés au cours des quatre dernières semaines est de 28 par jour.

Ça m’inquiète un petit peu parce que l’ensemble du Québec, lui, est à la baisse. Même les régions qui n'ont pas eu de mesures supplémentaires connaissent des baisses, ce qui fait que le nombre de cas pour l’ensemble du Québec est en baisse, a indiqué le Dr Aubin.

Il était accompagné du directeur de la campagne de vaccination, Marc Thibeault lors de la conférence de presse virtuelle qui était la première tenue par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean en quatre mois.

On varie entre 200 et 220 cas actifs. Encore là, c'est très stable. C’est presque une augmentation par rapport au reste du Québec. Il y a un décalage entre la situation régionale et la situation provinciale [...]. Le risque d’une augmentation soudaine et rapide est toujours possible, a prévenu Donald Aubin.

Actuellement, 892 personnes se trouvent en isolement dans la région. La moyenne quotidienne des hospitalisations est de 8,1 personnes par jour. Au cours des sept derniers jours, 11 000 tests de dépistage ont été menés.

Les personnes atteintes sont âgées entre 10 et 60 ans, selon la santé publique, mais la COVID-19 touche particulièrement la portion de la population régionale âgée entre 20 et 40 ans.

Risques de montées importantes

Plus le virus se propage, plus on risque de se retrouver avec des super propagateurs, met en garde le grand patron de la santé publique régionale. Même s’il estime que la population adhère généralement bien aux mesures sanitaires, malgré une fatigue palpable qui perdure, les rassemblements jettent une ombre au tableau.

Les rassemblements sont une des causes, c’est assez clair. Et le nombre de contacts. C’est quand même assez important. Déjà, ces éléments là corrigés, on aurait un gros élément de la correction faite, a-t-il mis en relief.

Quant au passage possible de la région de la zone orange à la zone rouge, il n'en est pas question à court terme, même si les données démontrent que la ligne demeure mince.

On est dans une position où ça pourrait se produire. On n’a pas de marge de manœuvre, on est sur la ligne, a fait valoir le médecin, qui convient que le couvre-feu devient un défi supplémentaire à l’approche du beau temps.

Dans la région, les principaux milieux d’éclosion sont les écoles et les lieux de travail.

Vaccination

Le directeur régional de la campagne de vaccination, Marc Thibault, a dressé le bilan des activités vaccinales depuis quatre mois. Il a fait savoir que 103 065 doses ont été administrées au Saguenay-Lac-Saint-Jean. La couverture vaccinale atteint 36,1 % de la population.

Chez les 70 ans et plus, la couverture est de 87 %. Selon Marc Thibeault, 3900 personnes ont reçu une deuxième dose de vaccin.

D’ici le 3 mai, nous aurons donné la deuxième dose à tous nos résidents en CHSLD, soit cinq jours avant la cible du ministère, s’est réjoui Marc Thibeault.

Les femmes enceintes peuvent prendre rendez-vous dès aujourd’hui pour se prévaloir d’un vaccin. Le CIUSSS régional vise toujours le 24 juin comme échéance pour l’administration d’une première dose à l’ensemble de la population régionale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !