•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget fédéral : 7 exemples de « saupoudrage » préélectoral

Le budget présenté par la ministre des Finances Chrystia Freeland contenait plusieurs annonces qui, selon d’anciens stratèges et l’opposition, pourraient servir les intérêts des libéraux de Justin Trudeau dans des circonscriptions spécifiques.

Chrystia Freeland, masquée, tenant des documents, marche, suivie de Justin Trudeau, également masqué.

La ministre des Finances Chrystia Freeland et le premier ministre Justin Trudeau lors du dépôt du budget 2021

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Les principales dépenses ont capté le gros de l’attention lors du dépôt du budget fédéral, que ce soit les 30 milliards pour un programme national de garderies, 17 milliards pour la relance verte ou 3 milliards pour les soins de longue durée.

Mais derrière tous ces chiffres imposants, il y avait plusieurs petites mesures éparpillées ici et là, qui pourraient avoir elles aussi un impact important lors des prochaines élections.

Ciblées géographiquement, ces dépenses tombent souvent dans des circonscriptions qui risquent d’être la scène de batailles électorales serrées, comme Trois-Rivières au Québec, Nova-Ouest en Nouvelle-Écosse ou Kelowna–Lake Country en Colombie-Britannique.

Selon d’anciens stratèges politiques contactés par Radio-Canada, les annonces ciblées dans le budget ont comme objectif d’aider les libéraux à défendre leur bilan dans certaines courses, que ce soit pour tenter de conserver leurs sièges ou d’en ravir à leurs adversaires.

Ç’a toujours été difficile pour les députés d’aller vendre le plan du gouvernement, surtout quand on parle de grandes orientations pancanadiennes, affirme Chloé Luciani-Girouard, une ex-stratège libérale. C’est dans cette perspective que le gouvernement essaie de se rattacher à des mesures qui sont plus [ciblées] pour le terrain.

Les conservateurs d’Erin O’Toole critiquent les largesses d’un gouvernement qui ne se sent pas lié par un retour à l’équilibre budgétaire.

On lutte contre un gouvernement qui n’a aucune contrainte à faire des annonces et à dépenser l’argent des contribuables dans le seul but de se faire réélire.

Une citation de :Luc Berthold, député conservateur

Les libéraux, au contraire, insistent pour dire que c’est un budget qui a pour objectif premier la relance et la croissance.

Voici certaines mesures qui faisaient partie du budget du 19 avril de Chrystia Freeland et qui pourraient avoir un impact dans des circonscriptions clés lors du prochain scrutin.

Un tracteur sur un terrain contaminé.

Le site de l'ancienne raffinerie de Shell dans l'est de Montréal était en processus de décontamination en 2019.

Photo : Radio-Canada / Julie Marceau

Décontamination de terrains dans l’est de Montréal : facture inconnue

Cible potentielle : Pointe-de-l’Île (Qc)

Analyse : Très vague comme projet, le budget n’offre aucune estimation de ses coûts éventuels ou de son échéancier. Il s’agit ici de participer à la décontamination de terrains dans les secteurs industriels de l’est de Montréal, où le gouvernement provincial a créé une zone d’innovation. Circonscription la plus à l’est de Montréal, la Pointe-de-l’Île est représentée par le bloquiste Mario Beaulieu depuis 2015. Les libéraux maintiennent l’espoir d’y faire bonne figure. Selon l’ex-stratège conservateur Dimitri Soudas, c’est particulièrement inusité d’avancer un tel projet sans offrir de détails financiers. Un budget, c’est une question de chiffres, dit-il.

Des vignes du vignoble Two Sisters.

Le vignoble Two Sisters, situé dans la région du Niagara

Photo : Radio-Canada / Jonathan Bouchard

Programme pour le secteur viticole : 101 millions sur deux ans

Cibles potentielles : Niagara Falls (ON), Baie de Quinte (ON) et Kelowna–Lake Country (C-B)

Analyse : Un programme d’aide pour les producteurs de vin permettra-t-il aux libéraux de savourer des gains en Ontario et en Colombie-Britannique? Avec ce programme, ils tentent certainement de faire bouger l’aiguille dans Niagara Falls, une circonscription détenue par les conservateurs où des luttes serrées ont eu lieu entre les deux formations en 2015 et 2019. Le PLC doit aussi protéger ses arrières dans Baie de Quinte, qui comprend le comté de Prince Edward, célèbre pour ses vignobles, où le député libéral Neil R. Ellis a été élu avec 1500 voix d’avance seulement en 2019. Plus à l’ouest, Kelowna–Lake Country est un autre paradis de la culture de la vigne. Le gouvernement Trudeau souhaite sans doute récupérer ce territoire que lui a dérobé le Parti conservateur lors du dernier scrutin. Ça va être la priorité pour le Parti libéral, en termes de comtés cibles, de ravoir [ceux] qu’ils ont gagnés en 2015 et perdus en 2019, fait remarquer M. Soudas.

Une barrière sur le quai de Cap-aux-Meules.

Le port de Cap-aux-Meules, aux Îles-de-la-Madeleine

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Investissement dans les ports pour petits bateaux : 300 millions sur deux ans

Cibles potentielles : Nova-Ouest (N-É), Cape Breton-Canso ( N-É), Sydney-Victoria (N-É) Gaspésie–Les Îles-de-la-Madeleine (Qc)

Analyse : Ce fonds pour réparer, renouveler et remplacer les ports pour petits bateaux sera utilisé en vaste majorité en Atlantique, selon le bureau de la ministre des Pêches. Il ratisse large et peut bénéficier autant au secteur des pêches qu’à celui du tourisme. Cet investissement pourrait être un argument de vente pour les libéraux afin de récupérer la circonscription côtière de Nova-Ouest en Nouvelle-Écosse, par exemple, perdue aux mains des conservateurs en 2019. Le Parti libéral se fait aussi talonner dans les deux circonscriptions du Cap-Breton (Cape Breton–Canso et Sydney–Victoria) et cherche possiblement à y consolider sa mince avance. Au Québec, le Bloc québécois lutte férocement pour enlever Gaspésie–Les Îles-de-la-Madeleine à la ministre libérale Diane Lebouthillier et cet investissement pourrait représenter une bouée de sauvetage pour cette dernière. Les libéraux savent que c’est un siège qui est en danger, remarque Éric Grenier, analyste de sondages à la CBC. C’est un siège qui est très francophone, qui est rural, c’est un peu symbolique pour les libéraux de garder un siège comme la Gaspésie.

Un train de VIA Rail en mouvement à travers une zone boisée.

VIA Rail estime que le nouveau réseau de TGF serait 25 % plus rapide que les trains actuels.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Train à grande fréquence (TGF) : 4,4 millions de dollars

Cible potentielle : Les circonscriptions de la Mauricie, dont Saint-Maurice–Champlain (Qc) représentée par le ministre François-Philippe Champagne

Analyse : Attendu dans de grands centres comme Toronto, Ottawa, Montréal et Québec, ce train est aussi un dossier crucial dans la Mauricie, étant donné la promesse d’une gare à Trois-Rivières.

Le TGF n’a pas beaucoup avancé dans le dernier budget, avec une enveloppe de 4,4 millions pour le bureau qui étudie et prépare le projet. Le budget inclut aussi, sous l’égide du TGF, une somme de 491,2 millions sur six ans qui seront dédiés à des investissements en matière d’infrastructure. Toutefois, après vérifications, les montants serviront à des investissements utiles aux opérations actuelles de VIA Rail, selon le ministère des Finances, tout en pouvant servir éventuellement au TGF.

Les libéraux devront donc convaincre les citoyens des régions touchées que le projet avance réellement lors des prochaines élections.

Le pont Alexandra surplombant la rivière des Outaouais.

Un des cinq ponts liant l'Ontario et le Québec dans la capitale nationale, le pont Alexandra, est fermé à la circulation jusqu'en juin pour des rénovations majeures.

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

6e pont entre Ottawa et Gatineau : facture inconnue

Cibles potentielles : Gatineau (Qc) et Argenteuil–La Petite-Nation (Qc)

Analyse : En plus d’avoir cheminé vers sa promesse de repeindre le pont de Québec quelques jours avant le dépôt du budget, le gouvernement a donné un coup de pouce à la construction d’un autre lien au-dessus de la rivière des Outaouais. Sans donner de détails précis, le budget annonce la création d’un bureau de projet responsable d’aborder le besoin d’un point de passage supplémentaire dans la région de la capitale nationale. Il s’agit là d’un cheval de bataille pour les députés libéraux Steven MacKinnon et Stéphane Lauzon.

Une personne ajuste une partie sous l'aile d'un avion

Un employé travaille sous l'aile d'un Airbus A220 à l'usine d'assemblage de Mirabel.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Relance régionale de l’aérospatiale : 250 millions de dollars sur trois ans

Cibles potentielles : Mirabel, Longueuil–Saint-Hubert (Qc) et Montarville (Qc)

Analyse : Le Parti libéral du Canada mise sur des circonscriptions bloquistes de la Rive-Nord et de la Rive-Sud de Montréal pour tenter de faire des gains au Québec à la prochaine élection. Des joueurs comme CAE, Airbus, Bombardier, AV&R et Pratt & Whitney sont implantés dans ces circonscriptions et leurs travailleurs pourraient bénéficier de ce programme. Avant la pandémie, ce secteur employait plus de 43 000 personnes au Québec. En jouant dans les plates-bandes du Bloc, qui a fait de l’aérospatiale un cheval de bataille, ils tentent sans doute de lui ravir Longueuil–Saint-Hubert, où les deux formations étaient au coude-à-coude en 2019, et de récupérer Montarville, perdue au profit des bloquistes lors de cette même élection.

C’est sûr que d’avoir des investissements tangibles dans ce domaine, ça donne des munitions aux candidats [libéraux] qui vont se présenter là-bas, explique Mme Luciani-Girouard.

Une maison surélevée dont les fondations sont en train d'être changées

De nombreuses maisons en Mauricie sont aux prises avec des problèmes de pyrrhotite.

Photo : Radio-Canada

Aide pour les propriétaires touchés par la pyrrhotite : facture inconnue

Cible potentielle : Trois-Rivières (Qc)

Analyse : Ottawa avait offert 30 millions de dollars sur trois ans dans le budget de 2016 pour aider les propriétaires aux prises avec la présence de pyrrhotite dans leurs fondations. Le Québec a récemment demandé à Ottawa d’en faire plus, et le fédéral annonce dans le budget qu’une contribution fédérale supplémentaire pourrait être nécessaire. Des détails sont promis d’ici cet automne, mais des sources libérales avancent qu’une annonce pourrait avoir lieu plus rapidement advenant des élections anticipées. La circonscription de Trois-Rivières est ciblée par tous les partis. Remportée par le NPD en 2015 et le Bloc en 2019, elle est aussi lorgnée par les libéraux et les conservateurs.

M. Soudas, qui était un proche conseiller de l’ancien premier ministre Stephen Harper, utilise l’expression de saupoudrage pour décrire les mesures qui ont un impact régional important, sans nécessairement défrayer les manchettes nationales.

Est-ce que c’est clair pour moi que c’est un budget préélectoral? Absolument, lance-t-il. La politique est une affaire locale, tu ne peux pas uniquement faire campagne sur les grandes orientations nationales.

Toutefois, le gouvernement fédéral se défend d’utiliser le budget à des fins de politique partisane.

Le budget de 2021 est un budget qui vise à gouverner, il n’est pas une stratégie électorale. Il est notre plan pour créer des emplois, de la croissance et de la résilience. Il met de l’avant notre vision sur la façon dont nous aiderons les Canadiens et les entreprises à passer à travers la pandémie et à revenir en force une fois le virus vaincu, réplique Katherine Cuplinskas, attachée de presse de Mme Freeland.

M. Grenier ajoute que les libéraux ne peuvent pas compter sur une vague comme celle qui les a amenés au pouvoir en 2015. Ils doivent remporter 13 sièges de plus qu’en 2019 pour retrouver leur majorité.

Faire des annonces un peu ciblées est un choix sensé parce qu’ils n’ont pas besoin de beaucoup de sièges de plus pour former un gouvernement majoritaire, avance cet expert en sondages.

Il dresse un parallèle avec la stratégie de Stephen Harper lorsqu'il a obtenu sa majorité en 2011, en ciblant quelques circonscriptions spécifiques.

Le budget inclut par ailleurs de nombreuses initiatives qui touchent des secteurs du pays où les députés libéraux sont fermement en selle – dont de nombreuses circonscriptions dans les principales grandes villes au pays. On y trouve entre autres des investissements pour les grands festivals dans des villes comme Montréal et Halifax, la protection de la zone des ravins à Toronto et la stratégie de ville pluvieuse de Vancouver.

Il y a aussi des investissements dans des régions où les libéraux ont peu de chances de faire des gains. Par exemple, le budget prévoit de l’argent qui va bénéficier aux agriculteurs des Prairies, une région dominée par les conservateurs, avec un montant de 50 millions de dollars pour financer des séchoirs à grains à plus grande efficacité énergétique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !